À 74 ans, Paul Simon signe son treizième album, « Stranger To Stranger ». Michka Assayas va vous raconter l’histoire de cet artiste à part.

Paul Simon - Beale Street Music Festival 2016
Paul Simon - Beale Street Music Festival 2016 © Getty / Paul R. Giunta / Contributeur

Quant aux plus jeunes, j’ai bien peur que le nom de Paul Simon ne leur dise pas grand chose, sauf peut-être si leurs parents ou leurs grands-parents les ont abondamment exposés à « The Sound of Silence » ou « Mrs Robinson ». Eh bien Paul Simon, c’est un géant. Un des plus grands créateurs de la musique populaire américaine d’après-guerre : l’égal de Bob Dylan, de Lou Reed, dont il était d’ailleurs l’ami, de Neil Young ou de Brian Wilson des Beach Boys. Oui, il est à ce niveau-là ...

Paul Simon

  • « I Know What I Know »
  • « The Obvious Child »
  • « The Afterlife »
  • « Me and Julio Down by the Schoolyard »
  • « 50 Ways to Leave Your Lover »
  • « Late in the Evening »
  • « Mother and Child Reunion »
  • « Virgil »
  • « Old »
  • « American Tune »
  • « Homeless »
  • « The Riverbank »

Sur le titre de l’album de Paul Simon, Graceland, était le nom de la célèbre propriété d’Elvis, celui, qui, à la fin des années 50, avait propagé le rock’n’roll tout autour du monde depuis la ville de Memphis, dans le sud-est des Etats-Unis. Le rock’n’roll avait alors été une première fusion mondiale de diverses musiques blanches et noires. Et dans l’esprit de Paul Simon, trente ans après Elvis, mêler musique sud-africaine, chœurs zoulou et accordéon de la Nouvelle-Orléans à ses propres racines rock’n’roll et folk, c’était créer un autre genre de fusion contemporaine.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.