Michka Assayas vous emmène à la découverte du monde intérieur -et souvent inconnu- d’un des plus grands poètes et chanteurs de la seconde moitié du siècle dernier, Leonard Cohen. En compagnie de celle qui, sans doute, l’a le mieux connu et étudié, sa biographe Sylvie Simmons.

Un portrait de l'auteur-compositeur-interprète canadien Leonard Cohen en avril 1972 à Amsterdam, Pays-Bas.
Un portrait de l'auteur-compositeur-interprète canadien Leonard Cohen en avril 1972 à Amsterdam, Pays-Bas. © Getty / Gijsbert Hanekroot / Redferns

"(...)« Treaty », une des chansons testamentaires de Leonard Cohen, extraite de son ultime album, « You Want It Darker », sorti en octobre 2016, soit moins de trois semaines avant sa mort. Il y a dans cette chanson, où il évoque le fantôme de toutes ses relations passées avec les femmes, un passage très révélateur : « I’m so sorry for that ghost I made you be, only one of us was real and that was me », « je suis désolé d’avoir fait de toi un fantôme, de nous deux il n’y avait qu’une personne réelle et c’était moi ». Une manière que Cohen avait de dire que, dans ses relations amoureuses, il n’avait pas cherché à comprendre l’être profond de celles qui avaient partagé sa vie et qu’il avait projeté sur elles ses fantasmes. L’éternel malentendu, sans doute, entre les hommes et les femmes, et que les poètes vivent avec peut-être plus de lucidité que les autres.(...)"

Leonard Cohen :

  • « So Long, Marianne » extrait de l’album « Songs of Leonard Cohen » 
  • « Treaty » extrait de l’album « You Want It Darker » 
  • « You Want It Darker » extrait de l’album « You Want It Darker » 
  • « Save the Last Dance for Me - Live in Dublin » extrait de l’album « Live in Dublin » 
  • « Tonight Will Be Fine » extrait de l’album « Songs from a Room »   
  • "I’m Your Man. La vie de Leonard Cohen" ("I’m Your Man. The Life of Leonard Cohen"), de Sylvie Simmons, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Elisabeth Domergue et Françoise Vella, aux Editions de L’Echappée
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.