Le dernier Very good trip de cette saison est plein d'une énergie très communicative et ... rafraîchissante ! Avec en prime, un cadeau.

Le chanteur, compositeur et acteur Iggy Pop en concert à l'occasion de son 72ème anniversaire, le 21 avril 2019 à Melbourne, en Australie.
Le chanteur, compositeur et acteur Iggy Pop en concert à l'occasion de son 72ème anniversaire, le 21 avril 2019 à Melbourne, en Australie. © Getty / Naomi Rahim / WireImage

Facile de reconnaître la voix de profundis de ce zombie crooner. Celle d’Iggy Pop, bien sûr. « La lune qui brille, le vieux chêne mort, des nuits comme ça, c’est fait pour moi, j’ai des bras aimants qui m’enlacent, j’essaie de voler un moment de plaisir dans cette cage à oiseaux pour zombies ». La chanson s’appelait « Run Like a Villain », elle remonte à l’année 1982 et figure dans un album qui s’appelle Zombie Birdhouse

Un album qu’il avait réalisé sous la supervision du guitariste de Blondie, Chris Stein, qui, dans ces années-là, avait aussi beaucoup aidé Jeffrey Lee Pierce, du Gun Club. Et qui n’avait jamais fait l’objet d’une réédition depuis sa sortie, en vinyle, évidemment, en 1982. Mis à part la chanson qu’on vient d’entendre, « Run Like a Villain », qu’on peut retrouver dans quelques compilations. 

Trente-sept ans plus tard, c’est enfin chose faite, l’album va être enfin disponible, dès demain, sur les plateformes de streaming et en CD, évidemment, pour ceux qui en achètent encore. Et en vinyle aussi, bien sûr. Alors « Zombie Birdhouse » est un album singulier dans la trajectoire d’Iggy Pop. Un album qui, à certains égards, anticipe le « New York » que son ami Lou Reed avait publié en 1989, soit une vision réaliste et poétique à la fois du spectacle, parfois effrayant, qu’offrait certains quartiers ville, qui a bien changé depuis : chaos, misère, abandon. 

Dans cette réédition, enfin si on se procure le CD, il y a un texte de l’écrivain écossais Irvine Welsh, auquel est lié Iggy Pop. Alors, la bonne surprise, c’est que, dans des circonstances sur lesquelles je dois garder une certaine discrétion, mais vous saurez tout à la rentrée, j’ai eu la chance de rencontrer Iggy Pop, il y a eu un peu moins d’un mois, dans la ville où il habite, Miami, en Floride. Et il m’a raconté pourquoi il avait eu cette vision d’une cage à oiseaux pour zombies en se baladant dans cette ville où, alors, il habitait. À une époque où, d’ailleurs, il n’allait pas très bien. Ce que je peux vous dire, en tout cas, dès maintenant, c’est que cette interview qui a duré une heure et que vos découvrirez sur France Inter dans son intégralité à la rentrée, voilà, un peu de patience, m’a passionnée.

Iggy Pop & Deborah Harry : « Well Did You Evah! » extrait de la compilation Iggy Pop « A Million in Prizes : Iggy Pop, the Anthology » 

Peaches : « Kick It » (featuring Iggy Pop) single 

Death in Vegas : « Aisha - Edit » extrait de l’album « The Contino Sessions » 

Underworld & Iggy Pop : « Trapped » EP « Teatime Dub Encounters » shunter vers 

Songhoy Blues : « Sahara » (featuring Iggy Pop) extrait de l’album « Résistance » 

Iggy Pop : « Candy » extrait de la compilation « A Million in Prizes : Iggy Pop, the Anthology » 

Rory Gallagher : 

  • « Barley & Grape Rag » extrait de la compilation « Kickback City » 
  • « A Million Miles Away » extrait de l’album « Tattoo » (Remastered 2011) 

Vous les avez presque entendus :

Lundi 24 juin 2019 dans : "De Little Simz à Lana del Rey, la playlist de l’été (1)"

3 min

Juice WRLD : « Robbery » extrait de l’album « Death Race for Love »

Par Anna Buy
3 min

Sofia Bolt : « Waves (Van Dyke Parks Edit) » single

Par Anna Buy
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.