Il est minuit passé dans la nuit du vendredi 15 au 16 août 1969 et on vient de retrouver Joan Baez, qui, fidèle à son esprit missionnaire chantait au milieu de la foule sur une petite scène annexe destinée aux amateurs.

Country Joe McDonald chanteur américain de rock et co leader du groupe Country Joe and the Fish à Woodstock.
Country Joe McDonald chanteur américain de rock et co leader du groupe Country Joe and the Fish à Woodstock. © Getty / Jason Laure/Woodfin Camp/Woodfin Camp/The LIFE Images Collection
1 min

Résumé de l'épisode 4 : "Vendredi 15 août 1969, premier jour du festival"

Par Marie-Hélène Fauquet

La nuit est tombée sur le champ de Max Yasgur, un amphithéâtre naturel, habituellement piétiné par des bêtes à cornes. Joan Baez, rattrapée in extremis par son manager, investit la grande scène. La chanteuse donne des nouvelles de son mari qu’elle présente familièrement par son prénom, David. Une grande partie de la jeunesse présente, hostile à l’engagement militaire au Vietnam, connaît bien David Harris, cet avocat objecteur de conscience que la police est venue arrêter chez eux, il y a une quinzaine de jours.

Lorsqu’elle termine son récital, c’est une pluie diluvienne qui s’abat sur les festivaliers, transformant les lieux en champ de boue. C’est le chaos et, en même temps, l’émerveillement. Au petit matin, le samedi 16 août, la situation, sur le site du festival, est celle d’un sauvetage. On a tout prévu pour le rêve et trop peu pour la réalité. 

Comment nourrir cette foule? Des habitants du comté de Sullivan, apprenant que cette foule de jeunes gens tout près de chez eux risquent de manquer de nourriture, se mobilisent pour confectionner dix mille sandwiches qui seront livrés par hélicoptère et, bien sûr, distribués gratuitement. Et puis les Hog Farmers, de la hog farm, la ferme des cochons – une communauté historique de hippies californiens – chargés de l’accueil et de la sécurité, ont pris les choses en main. Samedi au petit matin le dénommé Wavy Gravy annonce depuis la scène que leur idée "C’est d'apporter à tous le petit-déjeuner au lit."

Côté scène, la pluie ne cesse que par intermittence, empêchant les groupes dotés d’un équipement électrique trop important de se produire. Country Joe McDonald et John Sebastian se relaient alors pour divertir la foule, armés chacun d’une simple guitare. Leurs prestations, immortalisées dans le film Woodstock de Michael Wadleigh, les fera rentrer dans l’histoire.

Il en sera de même pour la déferlante qui leur succède, un groupe multiracial inconnu à l’époque, dont la prestation va faire se lever toute la foule : Santana.

Joan Baez : 

« Joe Hill » live at Woodstock (1969)

« We Shall Overcome »  live at Woodstock (1969)

Canned Heat : « On The Road Again » extrait de la compilation The Best of Canned Heat (2009)

Country Joe McDonald : « The “Fish” Cheer/ I-Feel-Like-I’m-Fixin’-to-Die-Rag » extrait de l’album Woodstock : Music from the Original Soundtrack and More (1970)

The Incredible String Band : « Black Jack Davey » extrait de l’album I Looked Up (1970)

John Sebastian : « I Had a Dream » extrait de l’album Woodstock : Music from the Original Soundtrack and More (1970)

Santana : « Soul Sacrifice » extrait de l’album Woodstock : Music from the Original Soundtrack and More (1970)

"Woodstock - Three days of peace and music" par Michka Assayas chez GM Editions

Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.