Ronald Belford Scott, dit "Bon Scott" fut l'un des piliers de l'identité d'AC/DC. Michka Assayas n'oublie pas de le saluer ce soir.

Bon Scott d'AC/DC au Oakland Coliseum en 1978 à Oakland, en Californie.
Bon Scott d'AC/DC au Oakland Coliseum en 1978 à Oakland, en Californie. © Getty / Richard McCaffrey / Contributeur

"(...)Mais enfin pour les vrais amoureux du groupe, AC/DC sans Bon Scott est devenu un autre groupe, excellent, oui, mais plus tout à fait le même. Alors qu’avait Bon Scott de si particulier ? Un timbre de voix, rauque et enflammé, oui, bien sûr, mais pas que ça. Une personnalité généreuse, une énergie et un charisme qui enflammaient le public, oui. Mais surtout ce que n’avaient pas les autres : une expérience de vie. Bon Scott, déjà, était bien plus âgé que les autres membres d’AC/DC. Au début, d’ailleurs, les frères Malcolm et Angus Young le trouvaient trop vieux et lui les jugeait trop jeunes. Il avait près de trente ans quand est paru le premier album du groupe, en 1975, High Voltage. Angus n’en avait que vingt. Bon Scott, qui, comme eux, avait débarqué d’Écosse en Australie avec ses parents, était une tête brûlée. À quinze ans, dans une banlieue de Perth, la grande ville de la côte ouest australienne, il avait fugué de chez lui et volé. Il s’était ainsi retrouvé plusieurs mois dans une prison pour mineurs. Il a ensuite voulu intégrer l’armée, mais ils l’ont jugé dingo, enfin, dans leur langage, asocial. Bon Scott s’est mis à chanter dans des groupes dès le milieu des années 60. Il a même intégré au début des années 70 une formation post-hippie dans la ville d’Adelaïde, Adélaïde, c’est l’Australie méridionale. Mais la musique, ça ne lui suffisait pas pour gagner sa croûte. Juste avant d’intégrer AC/DC, auquel il a commencé par offrir ses services de chauffeur et roadie, Bon Scott travaillait dans une fabrique de fertilisants, où, littéralement, il transportait des pelletées de fumier. Bagarreur, il avait eu un grave accident de moto, au guidon de sa Suzuki GT 550, en fonçant sur les routes, très énervé après une dispute. Trois jours dans le coma. C’est ensuite qu’il a intégré AC/DC. Et alors il avait, comme on dit, roulé sa bosse.(...)"

AC/DC : 

  • « Highway to Hell » extrait de l’album « Highway to Hell » 
  • « Jailbreak » EP « ’74 Jailbreak » 
  • « Problem Child - Live » extrait de l’album « If You Want Blood You’ve Got It » 
  • « She’s Got Balls » extrait de l’album « High Voltage » 
  • « Big Balls » album « Dirty Deeds Done Dirt Cheap » 
  • « If You Want Blood (You’ve Got It) » extrait de l’album « Highway to Hell » 
  • « Down Payment Blues » extrait de l’album « Powerage » 
  • « Riff Raff » album « Powerage » 
  • « The Jack » extrait de l’album « High Voltage » 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.