Ce soir, on retrouve notre héroïne de la semaine, accompagnée de quelques-unes de ses sœurs et filles spirituelles. Ce sera plutôt remuant... et la police arrive déjà !

Neneh Cherry se produisant sur scène au Village Underground le 12 septembre 2018 à Londres, en Angleterre.
Neneh Cherry se produisant sur scène au Village Underground le 12 septembre 2018 à Londres, en Angleterre. © Getty / Joseph Okpako/WireImage

« Je n’ai nulle part où aller, nulle part où me cacher, je ne suis que le souffle d’une goutte et la mer s’approche de moi », nous dit Neneh Cherry dans « Natural Skin Deep », une chanson coécrite avec son mari de près de trente ans, Cameron McVey et extraite de son nouvel album « Broken Politics » dont nous vous parlons toute cette semaine. C’est un musicien londonien d’une petite quarantaine d’années, Four Tet - de son vrai nom, Kieran Hebden - qui a réalisé l’album de Neneh Cherry, lui donnant une très belle texture, comme ouverte aux 4 éléments : vent, eau, terre, feu aussi. 

Four Tet compose et réalise depuis vingt ans maintenant une musique électronique qui traduit parfois ses origines indiennes - sa mère est de là  - même s’il n’a jamais vécu dans ce pays et qu’il est né dans la banlieue londonienne. Il a travaillé étroitement avec de nombreux musiciens, notamment Thom Yorke de Radiohead et plus récemment Lana Del Rey. Il collabore depuis quatre ans avec Neneh Cherry et c’est vraiment une association très heureuse, qui a apporté une nouvelle fraîcheur à la présence et à la voix de cette chanteuse qui fut une des plus populaires, et profondes surtout, des années quatre vingt dix.

L'artiste a récemment enterré son père, le percussionniste Ahmadu Jah ou Jarr, originaire du Sierra Leone. Elle a assisté à la cérémonie à la mosquée, où elle a été invitée à s’asseoir, comme c’est la règle, avec les femmes, séparée des hommes par un rideau. Elle raconte : « J’ai été très impressionnée par ces femmes et c’était pour moi un honneur d’être parmi elles. Beaucoup d’idées circulent en Occident sur l’oppression des femmes dans ces pays, que tout ça est si affreux et sexiste – et il y a des aspects là-bas qui peut-être sont d’un autre temps -  mais enfin, ce que j’ai surtout ressenti, c’est la force et la beauté qui ressortait de cette communauté, qui avait quelque chose de fascinant. Les femmes sont très solidaires et, en somme, c’est elles qui dirigent »

Un témoignage intéressant. Alors, avant de retrouver plus amplement Neneh Cherry, nous vous proposons d’entendre, ce soir, quelques-unes de ses filles spirituelles.

  • Neneh Cherry : « Natural Skin Deep » extrait de l’album « Broken Politics » (2018)
  • Little Simz : « Offence » single sorti en 2018
  • Azealia Banks : « 212 » (featuring Lazy Jay) extrait de l’album « Broke with Expensive Taste » (2014)
  • Lady Leshurr : « Juice » extrait de l’EP « Mode » (2017)
  • Nicki Minaj : « Chun-Li » extrait de l’album « Queen » (2018)
  • M.I.A. : « P.O.W.A. » single sorti en 2017
  • Kelela : « LMK » exrait de l’album « Take Me Apart » (2017)
  • FKA twigs : « Figure 8 » extrait de l’EP « M3LL155X » (2015)
  • Robyn : « Baby Forgive Me » extrait de l’album « Honey » (2018)
  • Hollie Cook : « Far from Me » extrait de l’album « Vessel of Love » (2018)
  • Neneh Cherry : « Black Monday » extrait de l’album « Broken Politics » (2018)
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.