Ce soir, dans Very Good Trip joli plongeon dans un bain de jouvence, parce qu’il y a une certaine enfance, dans le rock, qui ne vieillira jamais.

Portrait du chanteur, guitariste et compositeur Marc Bolan fondateur du groupe "T. Rex", en 1974.
Portrait du chanteur, guitariste et compositeur Marc Bolan fondateur du groupe "T. Rex", en 1974. © Getty / Steve Morley / Redferns

Pour moi, l’occasion était trop belle. De quoi ? Eh bien de célébrer un des chanteurs, compositeurs de chansons et interprète qui m’a le plus marqué, j’allais même dire qui m’a initié, le mot n’est pas trop fort. J’ai découvert T. Rex, qui s’appelait encore Tyrannosaurus Rex, à l’âge de dix-onze ans, et ça m’a bien plus marqué que David Bowie. 

Marc Bolan savait parler aux enfants, sa voix, ses chansons, étaient celles de l’enfance, comme l’avaient été celles des Beatles, qui venaient d’arrêter leur voyage pour voguer vers d’autres horizons, ceux du monde adulte. Et son génie, parce que c’en était un, a été fulgurant. Il avait le visage d’un poète romantique et c’était aussi, on l’oublie trop souvent, un guitar hero, au style très original. 

Bolan a été une superstar comme il n’en existe plus. Il déclenchait, lors de ses concerts, une sorte d’hystérie collective. Et l’adoration dont il a fait l’objet, en Grande-Bretagne, a d’ailleurs surpassé, entre les années 1971 et 1973, celle que les Beatles avaient suscitée. Bien plus que David Bowie ou Elton John. 

Il est mort quelques jours avant ses trente ans, en 1977, dans un accident de voiture. Après avoir chuté de son trône éphémère, victime des excès habituels entraînés par un succès délirant, trop tôt, trop jeune. Bolan commençait à remonter la pente et les premiers punks, en particulier le groupe The Damned, le célébraient comme le parrain du punk, the Godfather of punk. Alors, bon, assez parlé, il est temps d’écouter Marc Bolan et de s’ouvrir à sa magie.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Nick Cave : « Cosmic Dancer » extrait de l’album Angelheaded Hipster « The Songs of Marc Bolan & T. Rex » 

T. Rex : 

  • « The Children of Rarn » extrait de l’album « T. Rex » 
  • « Jewel » extrait de l’album « T. Rex » 

Tyrannosaurus Rex : 

  • « Salamanda Palaganda » extrait de l’album « Prophets, Seers and Sages : The Angels of the Ages » 
  • « O Harley (The Saltimbanques) » extrait de l’album « Prophets, Seers and Sages : The Angels of the Ages » 
  • « By the Light of the Magical Moon » extrait de l’album « A Beard of Stars » 

T. Rex : 

  • « One Inch Rock » extrait de l’album « T. Rex » 
  • « Elemental Child » extrait de l’album « The Peel Sessions » 
  • « Ride a White Swan » extrait de l’album « T. Rex (Deluxe Edition) » 
  • « Hot Love - American Edit » single 
  • « Diamond Meadows » extrait de l’album « T. Rex (Deluxe Edition) » 
  • « Great Horse » extrait de l’album « A Beard of Stars » 
  • « Suneye » extrait de l’album « T. Rex (Deluxe Edition) » 

Devendra Banhart : « Scenescof » extrait de l’album Angelheaded Hipster « The Songs of Marc Bolan & T. Rex » 

L'équipe
Thèmes associés