Voici un début de semaine qui commence très bien, Michka Assayas y veille ...

Charlie Steen, chanteur de "Shame", pendant un concert, le 18 octobre 2017 à Londres
Charlie Steen, chanteur de "Shame", pendant un concert, le 18 octobre 2017 à Londres © Getty / Burak Cingi/Redferns

_"(...)« Little Thing Gone Wild », un blues tribal, entre les ambiances oppressantes de l’après punk anglais et un certain psychédélisme vénéneux. C’était le trio californien Black Rebel Motorcycle Club, très apprécié en France depuis ses débuts au début de ce siècle, en 2001. De retour avec un nouvel album, déjà, Wrong Creatures, le premier en cinq ans. Les deux garçons qui ont formé ce groupe, Rob Levon Been et Peter Hayes, fréquentaient le même lycée de San Francisco. C’étaient plutôt ce qu’on appelle des Anglophiles. Dans le sens où ils se reconnaissaient pleinement dans un courant né en Grande-Bretagne au milieu des années 80 et qu’on a appelé de noms divers. Il avait en partie cristallisé autour d’une compagnie de disques indépendante fondée à Londres par un Écossais, Alan McGee et qui s’appelait Creation. Ce McGee avait lancé en 1984 un groupe fondé par de deux frères écossais, The Jesus and Mary Chain, qui a été le modèle de Black Rebel Motorcycle Club. Même air maussade et déprimé sur les photos, vêtements noirs, vieux Perfectos fatigués. The Jesus and Mary Chain mêlait, ce qui était nouveau pour l’époque, la naïveté des petites comptines des débuts du rock’n’roll, celle des girl groups que Phil Spector enregistrait, à des saturations électriques poussées à leur paroxysme, comme chez Sonic Youth. Il y avait chez ce groupe un mélange de nihilisme cynique et de romantisme ténébreux qui allait bien avec cet accablement anxieux propre à une certaine jeunesse du milieu des années 80. Rob et Peter ont choisi pour nom Black Rebel Motorcycle. C’était celui d’une bande de motards fictive, qu’on voit dans un film légendaire des années 50 avec Marlon Brando, the Wild Ones, l'Equipée sauvage en français. Cesdeux-là étaient tellement anglophiles que leur premier batteur, Nick Jago, était un Anglais émigré à San Francisco. Ils jouent à présent avec une batteuse d’origine danoise, Leah Shapiro. Pour ce nouvel enregistrement, le groupe a fait appel à un réalisateur artistique de légende, l’Anglais Nick Launay, d’origine française d’ailleurs, qui a fait ses débuts auprès d’un groupe pas commode, celui de John Lydon après la fin des Sex Pistols, Public Image Limited. Il est devenu depuis, entre autres, le collaborateur privilégié de Nick Cave et des Bad Seeds. On l’oublie parfois, mais le propre de ces groupes de l’après punk, les deux que j’ai cités notamment, est de s’être éloigné très vite du rock’n’roll et de ses clichés pour chercher des rythmes plus syncopés,  ceux du funk et du reggae, du jazz aussi, des sonorités dissonantes et des zébrures sonores. Leur but était souvent d’évoquer le malaise et le mal-être en général, et ils y arrivaient assez bien. Chez Black Rebel Motorycle Club, il y a un côté plus mélodieux, plus candide et enfantin, d’une certaine façon.  Leurs chansons semblaient évoquer un paysage comme dévasté, une sorte de crépuscule d'où l'on peut imaginer, si l'on a envie, que va peut-être, après la nuit, surgir une aube nouvelle. Ce soir, on va être très anglais et retrouver un tout jeune groupe, né dans la banlieue du sud de Londres. Il s’appelle Shame et se revendique de ces ambiances dures et oppressantes, propres à ce courant du début des années 80, que je décrivais, celui de groupes comme Public Image Limited ou The Birthday Party, où Nick Cave a fait ses débuts. Shame dans « Lampoon », c’est extrait de son premier album « Songs of Praise ». Shame donnera le 23 avril prochain, c’est pas tout de suite, un concert unique à la Maroquinerie à Paris.(...)"_

  • Black Rebel Motorcycle Club : « Little Thing Gone Wild » extrait de l’album« Wrong Creatures »    
  • Shame : « Lampoon » extrait de l’album « Songs of Praise »   
  • Wire : « Short Elevated Period » extrait de l’album « Silver/Lead »    
  • Ride : « Lateral Alice » extrait de l’album « Weather Diaries »   
  • Slowdive : « Star Roving » extrait de l’album « Slowdive »    
  • The Coral : « Connector » extrait de l’album « Distance Inbetween »   
  • Temples : « Roman God-Like Man » extrait de l’album « Volcano »    
  • Kasabian : « All Through the Night » extrait de l’album « For Crying Out Loud » 
  • The Raveonettes : « Won’t You Leave Me Alone » extrait de l’album « 2016 Atomized »    
  • The Jesus and Mary Chain : « The Two of Us (featuring Sky Ferreira) » single 
  • Black Rebel Motorcycle Club : « Spook » extrait de l’album « Wrong Creatures »   

►►►Shame à la Maroquinerie le 23 avril 2018.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.