Ce soir, Michka Assayas vous donne rendez-vous avec un maître ancien, toujours alerte malgré toutes ses vies qui ont failli lui être fatales.

David Crosby s’exprimant au Sanders Theatre de l’Université de Harvard lors d’une conversation avec des étudiants de Harvard le 25 septembre 2018 à Cambridge, Massachusetts.
David Crosby s’exprimant au Sanders Theatre de l’Université de Harvard lors d’une conversation avec des étudiants de Harvard le 25 septembre 2018 à Cambridge, Massachusetts. © Getty / Paul Marotta

C’est avec David Crosby que je vous propose de passer la semaine, un musicien mal connu en dehors d’un cercle de connaisseurs et c’est franchement dommage parce que son originalité et même son audace musicale sont uniques en leur genre. 

David Crosby a su mêler des styles très différents : blues, on l’a entendu, jazz atonal, il était un grand admirateur de John. Coltrane, musique modale du nord de l’Inde, il a été un des premiers musiciens occidentaux à s’inspirer du raga du maître de sitar Ravi Shankar, musique médiévale française aussi, on l’entendra. 

David Crosby qui, à soixante-dix sept ans, est dans une éblouissante forme musicale et vocale, comme j’ai eu l’occasion de le constater il y a quelques semaines en compagnie des spectateurs de l’Olympia. Et avec qui j’ai eu la chance de m’entretenir en coulisses une vingtaine de minutes peu de temps avant son passage sur scène. 

Une forme très surprenante, on pourrait même la qualifier de miraculeuse, tant le terme de survivant est, dans son cas, à employer au sens fort. David Crosby a failli mourir deux fois, il a, ce n’est pas moi qui le dis mais lui dans sa première autobiographie, fait toutes les conneries possibles, il faudra bien que je vous en dise deux mots, et pourtant il est là et c’est, un peu comme Keith Richards, si vous voulez, un phénomène qui défie la médecine. 

Vous aurez l’occasion d’entendre cette interview dans le Very Good Trip de demain sur France Inter, alors je vous prie d’avoir un peu de patience. Parce que, pour bien apprécier les propos de David Crosby, il faut prendre la mesure de son apport, si singulier, à l’histoire de la musique populaire mondiale. Et, surtout, commencer par le commencement.

Crosby, Stils & Nash : « Long Time Gone » extrait de l’album « Crosby, Stills & Nash » (édition remasterisée) 

The Byrds : 

  • « What’s Happening? » extrait de l’album « Fifth Dimension » 
  • « Everybody’s Been Burned (Single Version) » extrait de l’album « Younger Than Yesterday »  

Crosby, Stills & Nash : « Wooden Ships » extrait de l’album « Crosby, Stills & Nash » (édition remasterisée)

Crosby, Stills, Nash & Young : « Almost Cut My Hair » extrait de l’album « Déjà Vu » 

Crosby, Stils & Nash : « Guinevere » extrait de l’album « Crosby, Stills & Nash » 

Graham Nash/David Crosby : « Page 43 » extrait de l’album « Graham Nash/David Crosby » 

David Crosby/Graham Nash : « To the Last Whale… : A. Critical Mass B. Wind on the Water » extrait de l’album « Wind on the Water » 

David Crosby : 

  • « Orléans » extrait de l’album « If I Could Only Remember My Name… » 
  • « I’d Swear There Was Somebody Here » extrait de l’album « If I Could Only Remember My Name… » 
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.