Auteure-compositrice-interprète, tantôt chanteuse, parfois rappeuse, l'américaine est aussi devenue actrice au cinéma. Elle revient avec "Dirty Computer", un nouvel album. Ce soir, Michka Assayas nous en offre quelques extraits !

Janelle Monáe, auteure-compositrice-interprète à la soirée Oscar Vanity Fair 2018 le 4 mars 2018 à Beverly Hills, en Californie.
Janelle Monáe, auteure-compositrice-interprète à la soirée Oscar Vanity Fair 2018 le 4 mars 2018 à Beverly Hills, en Californie. © Getty / Axelle / Bauer-Griffin / FilmMagic

"(...)On a, déjà, beaucoup comparé Janelle Monáe à Prince, dans sa façon de naviguer entre jazz, music-hall un peu rétro, hip-hop, R n B et pop, bien sûr. Elle a aussi créé un style visuel original, un peu rétro, froid et théâtral, inspiré en partie de Grace Jones au début des années 80, y compris dans les aspects robotiques. Elle s’était ainsi inventé un personnage, nommé Cindi Mayweather, un masque derrière lequel elle se dissimulait. Mais tout ça a changé. Le cinéma a d’abord fait appel à elle. Dans "Moonlight", qui a remporté l’oscar du meilleur film en 2016, je ne sais pas si vous l’avez vu, c’est un film entièrement produit, écrit, réalisé et interprété par des Noirs. Janelle Monáe incarnait la fiancée du dealer qui prenait sous sa protection le jeune Shy-Ron, un jeune homme perdu qui se retrouvait à Atlanta dans le milieu de la vente de crack et de la prostitution. Et qui prenait douloureusement conscience de son homosexualité. Elle a aussi joué le rôle d’une mathématicienne dans le film "Hidden Figures", en français "les Figures de l’ombre", consacré à trois savantes noires américaines qui, dans les années soixante, ont joué un rôle déterminant à la NASA dans la conquête de l’espace, et dont le rôle, justement, était resté dans l’ombre. Mais enfin ce qui a été le plus déterminant dans l’évolution de Janelle Monáe, c’est le mouvement « Black Lives Matter », "les Vies des noirs comptent". Un mouvement né à la suite d’une série d’événements tragiques, de jeunes Noirs, dans diverses villes des Etats-Unis, abattus par des policiers dans des circonstances, comme on dit, controversées. « Pour la première fois, a-t-elle récemment déclaré au New York Times, je me sens, en tant que femme noire élevée aux États-Unis, menacée et pas en sécurité ».(...)"

Janelle Monáe : 

  • « Make Me Feel » extrait de l’album « Dirty Computer » 
  • « Take a Byte » extrait de l’album « Dirty Computer » 
  • YONAKA : « Bubblegum (Mary Jane Coles Remix) » single 
  • Superorganism : « Night Time - Edit » single 
  • Kali Uchis : « In My Dreams » extrait de l’album « Isolation » 
  • Aine Cahill : « Plastic » single 
  • Nilüfer Yanya : « Baby Luv » EP « Do You Like Pain? » 
  • Pitou : « Problems » single 
  • JONES : « Melt - Acoustic » extrait de l’album « Acoustic » 
  • Jorja Smith : « Teenage Fantasy » single 
  • Jhene Aiko : « Jukai » extrait de l’album « Trip » 
  • Janelle Monáe : « Dirty Computer (featuring Brian Wilson) » extrait de l’album « Dirty Computer » 
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.