Aujourd’hui commence notre grand feuilleton estival et musical consacré au mythique festival de Woodstock.

Woodstock, 1969
Woodstock, 1969 © Maxppp / StillPhoto Collection / SUNSHINE

« 3 jours de paix et de musique », c’était il y a cinquante ans, dans un champ de luzerne de l’Etat de New York. Les connaisseurs le savent, le festival de Woodstock ne s’est, en réalité, pas tenu les 15, 16 et 17 août 1969 au lieu-dit de Woodstock, mais à Bethel, à une centaine de kilomètres de là. Eh oui, mais quand le lieu fut finalement choisi, après de multiples péripéties, il était déjà trop tard pour changer le nom, les affiches ayant déjà été imprimées…  

Cette anecdote est pourtant loin d’être l’élément le plus inattendu de ce rassemblement, sans précédent. Un rassemblement qui a révélé l’existence d’une autre Amérique - d’une autre nation même – et dont l’émergence n’a pas du tout baigné dans une ambiance idyllique et pacifique, comme on pourrait le croire. Non, le festival de Woodstock a été le fruit miraculeux de plusieurs semaines d’improvisation, de coups de poker gagnants, de chaos, dans un contexte de menace et d’hostilité.  

Si des centaines de milliers de personnes ont communié autour de Joan Baez, Janis Joplin, les Who ou encore Jimi Hendrix, c’est parce qu’il y a eu des aventuriers qui ont fait un pari fou. Des visionnaires, qui étaient aussi des capitalistes en herbe aux cheveux longs et qui ont tout risqué pour qu’un rêve se matérialise. Un rêve qui a plusieurs fois failli tourner au cauchemar.  

Commençons avec quelques grandes figures musicales de cette époque qui ont décliné l’invitation (à l’exception de Jefferson Airplane et Canned Heat).

  • Jefferson Airplane : « Somebody to Love » extrait de l’album Surrealistic Pillow (1967)
  • Cream : « Crossroads - Live » extrait de l’album Wheels of Fire (1968)
  • Bob Dylan : « All Along the Watchtower » extrait de l’album « John Wesley Harding (1967)
  • Canned Heat : « Going Up the Country » extrait de l’album The Best of Canned Heat (2009)
  • Thunderclap Newman : « Something in the Air » extrait de l’album Hollywood Dream (1969)
  • The Doors : « The Unknown Soldier » album Waiting for the Sun (1968)
  • The Plastic Ono Band : « Give Peace a Chance » extrait de l’album Live Peace in Toronto 1969 (1969)
  • The Rolling Stones : « You Can’t Always Get What You Want » extrait de la compilation Hot Rocks - 1964-1971 (1971)  

"Woodstock - Three days of peace and music" par Michka Assayas chez GM Editions

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.