Tout est dans le titre, Michka Assayas est taquin et ... imaginatif !

AC/DC avec Angus Young pendant la tournée Rock or Bust au Philips Arena le 1er septembre 2016 à Atlanta, en Géorgie.
AC/DC avec Angus Young pendant la tournée Rock or Bust au Philips Arena le 1er septembre 2016 à Atlanta, en Géorgie. © Getty / David A. Smith / Contributeur

"(...)Vu les témoignages si chaleureux que vous nous avez adressés sur la page Facebook de Very Good Trip, c’était impossible de ne pas vous offrir une dernière soirée en compagnie du groupe AC/DC. Eh oui, chez beaucoup, ça remue des souvenirs et chez les autres, ça rappelle que le rock’n’roll, avant de devenir une musique de patrimoine, ça pouvait déchaîner les gens et même les transformer, musiciens et publics, en loups-garous, le temps d’un concert. Ce titre qu’on vient d’entendre, « Live Wire », est celui par lequel AC/DC avait l’habitude d’attaquer ses concerts. Il y a toute la science du groupe dans ce blues : pas de début en fanfare, jamais chez AC/DC. On fait tendre l’oreille à l’auditeur par une intro toute en retenue, ce qui suscite un délicieux effet d’attente, et puis, soudain, c’est l’explosion, une délivrance collective qui parcourt les corps et illumine les visages. Aujourd’hui, c’est banal dans un concert de rock mais il n’y a pas un groupe qui n’ait mieux maîtrisé cet art qu’AC/DC. « Live Wire », « je suis une vraie pile électrique, je vais mettre le feu à cette ville, alors chérie, si t’as soif moi j’ai la bibine, je vais me brancher sur ton compteur, etc, etc… », il y a toute l’énergie naïve et bouillonnante du jeune mâle, là-dedans, le gamin qui pense que rien ne peut résister à ses désirs. Ce qui est une définition possible du rock’n’roll masculin et primitif, si parfaitement incarné par AC/DC : proclamer que tout est possible, qu’on va voir ce qu’on va voir et qu’il n’y a aucune limite à ses désirs. Et puis continuer à croire, à trente ans passés, puis à quarante, cinquante, soixante, soixante-dix maintenant, que, dans sa tête et dans son cœur, on reste exactement le même jeune homme. Celui qui se projette dans la vie exaltante qu’il n’a pas encore vécue et ne vivra peut-être jamais. Et ce malgré tout ce qu’on a pu se prendre dans la gueule. Eh oui, le rock’n’roll est une croyance, aussi belle, absurde et folle que d’autres.(...)"

AC/DC : 

  • « Live Wire - Live from the Atlantic Studios » extrait du coffret « Bonfire » 
  • « Rocker - Live from the Atlantic Studios » extrait du coffret « Bonfire » 
  • « Bad Boy Boogie » extrait de l’album « If You Want Blood You’ve Got It » 

George Thorogood and the Destroyers : « One Bourbon, One Scotch, One Beer » extrait de l’album « George Thorogood and the Destroyers » 

AC/DC : 

  • « Hell Ain’t a Bad Place to Be - Live » extrait de l’album « If You Want Blood You’ve Got It » 
  • « Dirty Deeds Done Dirt Cheap » extrait de l’album « AC/DC Live » 
  • « Shoot to Thrill - Live at Castle Donington, Leicestershire, England, Aug. 17, 1991 » extrait ducoffret "Backtracks"
  • « Ride On » extrait de l’album « Dirty Deeds Done Dirt Cheap » 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.