Cela sent très très bon la crème solaire, la liberté et les vacances dans Very Good Trip.

L’auteure-compositrice-interprète Céu, au Festival les Escales, le 7 juillet 2019 à St Nazaire.
L’auteure-compositrice-interprète Céu, au Festival les Escales, le 7 juillet 2019 à St Nazaire. © Maxppp / PhotoPQR/Presse Océan/Romain Boulanger

Des sons et un rythme qui évoquent les commencements naïfs de l’électro-pop au début des années quatre-vingt, où régnaient encore des machines limitées au son rudimentaire. C’est le choix qu’a fait un réalisateur artistique français qui a longtemps été basé à San Francisco, Hervé Salters, qui est un peu collectionneur d’engins vintage. Il a réalisé pas mal d’albums, très populaires, entre électro-pop, funk-jazz et hip hop sous le nom de General Elektriks. 

Bref, Hervé Salters s’est associé à une excellente chanteuse brésilienne, dite Céu, comme ciel en portugais, dont il a coréalisé le dernier album, « Apka », un cri sans signification particulière, que profère avec jubilation son petit garçon de cinq ans. 

La chanson qu’on vient d’entendre, « Forçar o verao », forcer l’été, n’est pas une allusion à la saison proprement dite mais plutôt, métaphoriquement, au présent et à l’avenir de son pays, le Brésil, que Céu tente d’envisager sans trop de pessimisme, ce qui n’a rien d’aisé dans le contexte actuel. 

Céu est une musicienne âgée aujourd’hui de tout juste quarante ans, on la connaît depuis une quinzaine d’années. Elle vit à Sao Paulo, l’immense métropole située à l’ouest de Rio. Son père est Edgard Poças, un compositeur de chansons et réalisateur musical assez connu dans son pays. Céu est plutôt connue et appréciée pour son recours à des rythmes reggae mais en fait elle est très éclectique dans son approche, qui va du jazz à l’électro-pop en passant par le hip-hop et elle est férue  d’orchestrations et de sons singuliers et inattendus. 

Il faut rappeler que Sao Paulo, loin des clichés par lesquels on peut parfois se représenter le Brésil et sa musique, est une grande ville industrielle, grouillante, qui a été le foyer de musiques très dures, industrielles, justement. L’underground musical de Sao Paulo est d’une grande richesse, le courant du punk et de l’après punk y a été très brillamment représenté et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Nick Cave a longtemps séjourné dans cette ville. 

Cette émission est une rediffusion du 24 août 2020

L'équipe
Thèmes associés