Dans Vivre avec les bêtes aujourd'hui nous écouterons une archive de Robert Hainard. Pierre Athanaze nous parlera de l'Animal Magique de la semaine : le grand tétras. Elisabeth de Fontenay réfléchit sur la façon dres humains non vivants. Allain Bougrain-Dubourg reçoit Luc Delas qui nous présentera l'association Equiterra.

Archive "Mémoire du passé"

Cette semaine il s'agit de Robert Hainard (peintre, graveur sur bois, sculpteur (bois et pierre), naturaliste, écrivain et philosophe suisse). Il racontre sa première rencontre avec un loup et comment un renard fut attiré par l'odeur de ses chaussettes! (au micro de Marie-Hélène Baconnet le 14 juin 1986)

L'Animal Magique

Pierre Athanaze , président de L'ASPAS et coordinateur de la stratégie grand tétras nous parle donc du grand tetras. Gros coq de bruyère, le grand tétras a disparu des Alpes françaises depuis 2000. Aujourd'hui, il reste quelque 4.500 spécimens présents en petite population dans les Pyrénées, où il est toujours chassé, ainsi que dans les Vosges et le Jura.

Tout bêtement la philosophie

Cette semaine Elisabeth réfléchit à la façon dont nous appelons, dont nous nommons les être vivants non humains. Quelle différence faut-il faire entre les animaux et les bêtes?

(par Elisabeth de Fontenay)

L'Association

Luc Delas nous présente l'association Equiterra. L'objectif de l'association Equiterra, est de participer à la préservation de la biodiversité animale et des métiers inhérents à ce patrimoine vivant par le développement d'utilisations modernes du Cheval de Travail.

__

__

Actualité

Réchauffement climatique : plantes et animaux réagissent. C’est ce que vient de conclure l’Université de York, en Grande-Bretagne, qui souligne que la migration s’effectue vers de plus hautes latitudes et à un rythme de 17 km par an, ce qui est 2 fois plus rapide que ce que pensaient les scientifiques.

Ainsi, en Grande-Bretagne, un papillon commun a migré pour se retrouver à 220 km au nord d’Edimbourg. De même, des fauvettes ont gagné 150 km vers le nord. Tandis qu’à Bornéo des papillons nocturnes sont montés à 67 m d’altitude.

« Nous avons démontré pour la première fois, que l’étendue du changement dans la distribution géographique des espèces est liée à l’ampleur du changement climatique dans ces mêmes zones » ont précisé les scientifiques.

C’est plus cher que la cocaïne, mais vous ne risquez pas grand-chose à en faire le trafic.

Ainsi vient de s’exprimer le secrétaire général de la CITES (organisme qui réglemente le commerce des animaux et des plantes) à propos du commerce illégal de corne de rhinocéros.

Selon lui, près de la moitié des 175 pays adhérant à la CITES, ne disposent pas de législation adéquate pour poursuivre les braconniers.

Et si ces derniers sont bien souvent des « lampistes », à l’arrivée la corne de rhinocéros peut se négocier près de 400 000 € le kilo.

À noter pourtant que l’Afrique du Sud vient de condamner deux braconniers à 8 et 10 ans de prison !

Après la nuit des étoiles, c’était reparti pour lever les yeux au ciel. Cette fois, les chiroptères – les chauve-souris – étaient dans le viseur le week-end dernier avec la volonté d’éclairer le grand public.

Jean Emmanuel Frontera, vous êtes l’un des coordinateurs de cette manifestation. Quel bilan ?

Comportement

Jean -LucVuillemenot , expert en relations Homme/Animal répond à la question d'une auditrice. Notre répondeur : 01 56 40 28 10

Les liens

ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) "L’ASPAS oeuvre pour la protection de la faune sauvage, pour la préservation du patrimoine naturel et pour la défense des droits des usagers de la nature.L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages est une organisation non gouvernementale (ONG), 100% indépendante."  

Equiterra

Nuit Européenne de la chauve souris

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.