Texte lu par Elisabeth de Fontenay :

« Un jour viendra peut-être où le reste de la création animale pourra acquérir ces droits que seule la main de la tyrannie lui a dénié. Les Français ont déjà découvert que la noirceur de la peau n’est pas une raison d’abandonner sans recours un être humain au bon plaisir d’un bourreau. Il n’est pas exclu qu’on reconnaisse un jour que le nombre de pattes, la villosité de la peau ou la terminaison de l’os sacrum sont des raisons tout aussi peu adéquates d’abandonner au même sort un être capable de sentir. Quoi d’autre pourrait déterminer la ligne infranchissable ? La faculté de tenir des discours ? Mais un cheval ou un chien adulte est, sans comparaison, un être plus rationnel et qui a plus de conversation qu’un nourrisson d’un jour, d’une semaine, ou même d’un mois. A supposer toutefois qu’il en soit autrement, qu’est-ce que cela changerait ? La question n’est pas : peuvent-ils raisonner, ni peuvent-ils parler, mais : peuvent-ils souffrir ? »

J. Bentham, An introduction to the principles of morals and legislation (1789) édit. Burns and Hart, University of London, The Atlone Press, 1970, p4

Les liens

Association Zebunet C'est une association qui vous invite à investir dans un zébu, un cochon, ou autre dromadaire. Votre animal sera confié à un paysan pauvre au bord du Mékong, au pied des Andes ou encore dans les dunes du Sahel.

Fondation Droits animal ethique et sciences

Le site de Michel Antoine Leblanc

Le site de Frederic Pignon et Magali Delgado

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.