Archive :

Si Colette s’est notamment rendue célèbre pour l’amour qu’elle portait aux chats, en fait, c’est peut-être oublier qu’elle aimait tous les animaux et notamment les oiseaux.

Témoin cette description si précise et si délicieuse de ses rencontres avec les moineaux lors de sa convalescence à Genève. Son témoignage fut diffusé par la Radio Télévision Française en 1948.

Animal Magique : Le chien

chien
chien ©

Docteur vétérinaire depuis 3 décennies, président de la SPA durant 6 ans, Serge Belais a toujours plaidé pour une meilleure cohabitation avec les animaux. Problème : c’est parce que l’on ne comprend pas toujours les animaux en question que les difficultés s’installent.

Dans « Mon chien et son caractère », aux éditions Dauphin, le Docteur Serge Belais tente d’offrir des solutions.

  • Mon chien et son caractère : solutions à tous les problèmes que vous pourrez rencontrer : réponses à toutes les questions que vous pourrez vous poser Arden Moore avec la participation de Serge Belais, Ed Dauphin
Mon chien et son caractère
Mon chien et son caractère © Radio France

Rencontre

L’association porte un nom étrange : L214.

En fait, il fait référence à l’article L214 du code rural qui, en 1976, reconnaissait, pour la première fois, les animaux au titre d’êtres sensibles. Cet article est-il pris en compte dans les pratiques comme dans le droit ?

L’équipe de L214 est convaincue que l’essentiel reste à faire. Notre invitée est Brigitte Gothière cofondatrice de l’association L214.

Tout bêtement philosophie - Elisabeth de Fontenay

Le Pr Hubert Montagner , pour le bilan de la conférence / débat « L’Animal Sentinelle de la Violence faite aux Enfants » qui a eu le lieu le 15 mars à Aix en Provence

Extrait de Crime et châtiment,Fédor M. Dostoïevski :L'ivrogne et le cheval__

Actualité

Chaque année, des milliers d’oiseaux, de poissons ou de mammifères meurent, en souffrant, en raison des déchets de pêche traînant dans la nature. C’est ce que dénonce l’ASPAS qui pointe des hameçons coincés dans l’œil ou l’estomac, des fils piégeant les pattes ou serrant les cous ou encore des intoxications par le plomb.

[Télécharger](Chaque année, des milliers d’oiseaux, de poissons ou de mammifères meurent, en souffrant, en raison des déchets de pêche traînant dans la nature. C’est ce que dénonce l’ASPAS qui pointe des hameçons coincés dans l’œil ou l’estomac, des fils piégeant les pattes ou serrant les cous ou encore des intoxications par le plomb. Pour sensibiliser les pêcheurs et les professionnels de la pêche, l’ASPAS s’est associée à Sea Shepherd afin de proposer des conseils pour limiter l’impact des déchets de la pêche sur la biodiversité ? Un dépliant vient d’être édité pour la circonstance. Il est gratuit et téléchargeable sur le site de l’ASPAS sous le titre : « Déchets de pêche : même morts, ils tuent encore ! ».) le dépliant sur le site de l’ASPAS

Le kiosque

Parmi les nombreuses publications animalières du moment, « Vivre avec les bêtes » a retenu :

  • « L’animal est-il un philosophe ? » d’Yves Christen qui considère que les animaux ne sont pas de jouets passifs du monde qui les entoure mais, tout au contraire, qu’ils élaborent, qu’ils anticipent, qu’ils donnent du sens aux choses et, par conséquent, que d’une certaine manière, ils sont philosophes. C’est aux éditions Odile Jacob.

  • « L’homme qui savait la langue des serpents » d’Andrus Kivirak : un roman qui nous entraîne dans les mythes nationalistes Estoniens, alors que le peuple vivait libre et heureux en accord avec la nature à laquelle ils rendaient un culte. Naturellement, les animaux sont omniprésents. C’est édité par Attila

  • et pour finir « Les outre-mer face au défi du changement climatique ». Il s’agit du rapport rendu au Premier ministre et au Parlement sur l’impact du changement climatique sur la biodiversité, la pêche, l’agriculture, le tourisme et bien d’autres secteurs, dont l’animal reste acteur. C’est proposé par l’Observatoire Nationale sur les effets du réchauffement climatique et édité par la documentation Française.

Comportement

La semaine dernière, le nord de la Bretagne était couvert de neige et, au nord de la Bretagne, il y a la réserve des 7 Iles, avec ses fameux fous de Bassan qui viennent fidèlement y nidifier chaque année. Cette situation a généré des appels à « Vivre avec les bêtes », qui voulaient savoir comment réagissaient les fous de Bassan sous la neige. Pour en savoir plus, j’ai en ligne Gilles Bentz, de la station ornithologique de l’Ile Grande, face à la réserve des 7 Iles.

Cris et chuchotements

Loir gris
Loir gris © / Carole Marmonier

L’animal mystérieux d’aujourd’hui peut passer d’environ 200 grammes à 400 grammes lorsqu’il fait des réserves avant l’hibernation. Il aime les hêtres, les chênes et les châtaignés, mais n’hésite pas à s’installer dans les habitations. Ces cris d’appels sexuels, ce sont ceux d’un loir gris , autrement dit en latin « glis glis ». Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, disons qu’il ressemble à un petit écureuil.

Vos réactions

Vivre avec les bêtes est aussi à votre écoute : posez vos questions, vos critiques et analyses sur le comportement du monde animal sur notre répondeur au 01 56 40 28 10 ou sur la page Internet de notre émission à la rubrique "Commentaire".

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.