Archive

Dans les archives de « Vivre avec les bêtes », c’est Jacques Trémolin qui s'exprime aujourd'hui. Personnage haut en couleur, il avait le talent de raconter la vie sauvage avec passion. Ce jour-là, il s’entretient avec Marie Oliver Montchicour, dans les après-midis de France Inter, à propos du yéti.

Nous sommes en 1985

L'animal magique : le mandrill

mandrill
mandrill © GNU Free Documentation License / Malene Thyssen

Pas facile de s’entretenir avec Marie Charpentier.

Cette biologise de l’évolution, travaillant notamment pour le CNRS, au centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier, passe son temps entre les conférences internationales, les publications scientifiques et, évidemment, le terrain.

Le terrain en question, c’est le Gabon qui l’a conduit à étudier les relations sociales d’une population de mandrills, ces singes imposants au visage coloré. Marcel Dalaise vient de réaliser un film, produit par le CNRS Images, sur les travaux de Marie Charpentier, une occasion pour nous d’en savoir plus.

Vous pouvez découvrir le travail de Marie Charpentier au Gabon dans le film "Bakoumba, la forêt des mandrills " à visionner en ligne ici

Tout bêtement philosophie - Elisabeth de Fontenay

Damien Baldin pour "Histoire des animaux domestiques : XIXe-XXe siècle", au Seuil

Histoire des animaux domestiques
Histoire des animaux domestiques © Radio France /

Rencontre

marsupilami
marsupilami © Radio France /

En principe, Jean Sébastien Steyer est paléontologue, spécialiste des amphibiens et reptiles anté-dinosauriens. Mais ce chercheur du CNRS, affecté au Muséum National d’Histoire Naturelle, est un touche-à-tout.

Organisateur de nombreuses expositions, conseiller scientifique, chroniqueur dans de multiples médias, auteur du best-seller « La terre avant les dinosaures », conférencier, il n’en finit pas de porter la vulgarisation scientifique partout dans le monde.

Et comme si ses activités n’y suffisaient pas, il a trouvé le temps de s’attarder sur un animal bien singulier : le marsupilami.

Actualité

Habituellement, les araignées se servent de la rigidité de leur toile pour attraper leur proie.

L’institut de technologie de Géorgie, qui dispose d’un centre de recherche en Amazonie péruvienne, vient de mettre en lumière le comportement inédit d’une petite araignée de 3 millimètres de diamètre.

Cette dernière commence par construire une toile assez banale, grande comme la paume d’une main, mais elle y ajoute un cordon qu’elle retient, tendu grâce à des crochets. Ainsi, lorsqu’un insecte volant passe à portée, elle libère le cordon et se projette avec sa toile sur la proie potentielle. Cette méthode de catapultage, réalisée à grande vitesse est d’autant plus étonnante que l’araignée ne regarde pas sa proie durant le saut : elle anticipe la projection !

Une vidéo a été réalisée sur les exploits de la petite araignée, postée par Youtube, elle a déjà été visionnée plus de 250 000 fois.

L'agenda :

Parmi les manifestations du moment, « Vivre avec les bêtes » a retenu :

  • la 6ème édition de«Festimages nature» , à Saint Berthevin, en Mayenne. Plus de 600 photographes animaliers, de lauréats internationaux, panachés de projections de films sont au programme. Le Festimages se tiendra du 1er au 2 février

  • la 4ème édition de « Image plaine nature », à Longecourt en plaine, en Côte d'or. Là encore, superbes présentations de photos animalières, réalisées souvent dans des lieux apparemment inaccessibles avec, notamment, celles de Fabrice Cahey. C’est du 7 au 9 février et la projection du samedi est gratuite.

  • Et enfin, la prestigieuse exposition des photographes de nature (organisée par le Muséum d’Histoire Naturelle de Londres et la BBC Wildlife magazine) qui fait escale au Muséum d’Histoire Naturelle de Bourges, dans le Cher. 100 photographes animaliers primés sur … 43 000 photos en compétition. C’est jusqu’au 9 février.

Comportement

Cette semaine, une question surprenante de Marie sur les chats. Pour y répondre : Bruno Soriano , spécialiste des chats de races ….. et de gouttière.

Cris et chuchotements

nasique
nasique © GNU Free Documentation License / Peter Gronemann

On le trouve dans les forêts humides de Bornéo et on pourrait le surnommer Pinocchio.C’est le nasique dont le nez immense sert de caisse de résonance à ses cris.

vos réactions

vivre avec les bêtes est aussi à votre écoute : posez vos questions, vos critiques et analyses sur le comportement du monde animal sur notre répondeur au 01 56 40 28 10 ou sur la page Internet de notre émission à la rubrique "Commentaire".

Les liens

Journée mondiale des zones humides- 2 février 2014 Journée mondiale des zones humides 2014 : Agriculture et zones humides : cultivons le partenariat !Journée mondiale des zones humides 2014 : Agriculture et zones humides : cultivons le partenariat !

Minuscule - La vallée des fourmis perdues / Bande annonce Minuscule - La vallée des fourmis perdues / Bande annonce

Les invités

Les références

L'équipe

Mots-clés:

(ré)écouter Vivre avec les bêtes Voir les autres diffusions de l'émission

Vivre avec les Bêtes

Vivre avec les Bêtes

Vivre avec les Bêtes