Parlons d’amour ce soir.

Parlons de désamour.

De ce désir qui meurt, qui s’éteint, qui s’essouffle.

Comment l’amour qui attache peut-il s’accommoder de la liberté qui sépare ?

Libre ensemble, c’est possible ou pas ?

Hédonisme sentimental, c'est un oxymore ou pas?

Le couple ne nous protège de rien. Bien au contraire.

Faire couple, quoi qu’on en dise, c’est produire la conjugalité: lieu des renoncements, des non-dits, des compromissions. Des reproches.

De l'ennui.

Faire couple, malgré la meilleure volonté, c’est façonner une logique mortifère. C'est étouffer un désir "naturellement polygame, insoucieux de la descendance, furieusement nomade." Insatiable.

Et c'est ce désir-là qui réveille nos démons. Qui pousse à la rupture.

Avec nous ce soir, la dramaturge, comédienne et romancière

Véronique Olmi, pour son texte « Une séparation » jouée actuellement au Théâtre des Mathurins.

La séparation est un art. Une politesse de l’esquive.

"Cela va vite une séparation."

Evénement(s) lié(s)

Une séparation

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.