Emmanuel Krivine est un chef d'orchestre français et vient d’être nommé directeur musical de l’Orchestre National de France.

Emmanuel Krivine
Emmanuel Krivine © Philippe Hurlin

C’est Emmanuel Krivine l’un des plus grands chefs de notre temps qui est l’invité de VADC aujourd’hui. Il vient d’être nommé directeur musical de l’Orchestre National de France, l’un des deux orchestres de notre belle maison. Il prendra ses fonctions en septembre 2017 mais il est dès à présent Directeur Musical désigné et continue par ailleurs de diriger la Chambre Philharmonique, un ensemble sur instruments d’époque qu’il a fondé en 2004. Un homme à poigne qui s’est notamment fait connaître pour avoir métamorphosé l’Orchestre national de Lyon dont la réputation ne dépassait pas la région, à une reconnaissance internationale qui lui vaudra la reconnaissance du public et des institutions. Un chef à la vision de l’orchestre bien à lui, antimaestro proclamé qui a renoncé au côté paternaliste du « Kapellmeister », qui aime la direction fondée sur l’écoute et l’égalité qui n’oublie jamais le public car il ne prépare aucune représentation sans se demander ce qu’il en penserait ou se mettre à la place des spectateurs. Emmanuel Krivine qui était au départ violoniste virtuose, premier prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de paris à 16 ans est devenu chef d’orchestre en 1981 après un accident de voiture. Il a depuis dirigé les plus grands orchestres du monde comme le Concertgebouw d’Amsterdam, le philharmonique de Berlin, ceux de NYC, Boston, LA et Cleveland, ou encore l’Orchestre de chambre d’Europe et de 2006 à 2015 l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg.

Nous n’aurons pas suffisamment d’une heure pour tout évoquer avec lui. Mais ses goûts musicaux seront le fil conducteur de cette carrière bien riche !

Programme :

Jean-Sébastien Bach, Cantate BWV 51: Air : Jauchzet Gott in allen Landen, Emma Kirkby soprano, Crispian Steele-Perkins à la trompette et Les Solistes Baroques Anglais sous la direction de John Eliot Gardiner, Album : Jean Sébastien Bach : Magnificat BWV 243 et Cantate BWV 51, PHILIPS, 1983

Robert Schumann, Frauenliebe und leben op42 n°2: « L’amour et la vie d’une femme » : « Lui de tous les plus beau », Bruno Walter au piano et Kathleen Ferrier contralto, Album : Robert Schumann : Dichterliebe et Frauenliebe und leben, MUSICS AND ARTS, 1949

Claude Debussy, Sonate sol mineur L 140 : Final, Christian Ivaldi au piano et Emmanuel Krivine au violon, César Franck et Claude Debussy : Sonates pour violon et piano, ESCARGOT, 1978

Erroll Garner, Lullaby of birdland, Erroll Garner au piano, Denzil Decosta Best à la batterie et Eddie Calhoun à la basse enregistré en 1955, Album : The complete concert by the sea, COLUMBIA LEGACY, 2015

Ludwig Van Beethoven, Symphonie n°1 en ut majeur op21 : Menuet, La Chambre philarmonique sous la direction d’Emmanuel Krivine, Album : Ludwig van Beethoven : Intégrale des 9 symphonies, NAIVE RECORDS, 2010

Richard Strauss, Till Eulenspiegels lustige Streiche op 28 TrV 171, L’Orchestre Philarmonique de Luxembourg sous la direction d’Emmanuel Krivine, Album : Emmanuel Krivine dirige Strauss et Zemlinsky, ALPHA, 2016

Dmitri Chostakovich, Symphonie n°5 : Final, l’Orchestre National de France sous la direction d’Emmanuel Krivine, Concert ONF / Krivine à l’Auditorium de Radio-France, le 3 mars 2016

Giovanni Battista Pergolesi, Stabat Mater Dolorosa, Les Pages et Les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles et le Poème Harmonique sous la direction de Vincent Dumestre, Album : Pergolesi, ALPHA CLASSICS, 2000

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous avez dit classique ? Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.