Antoine Watteau, 'Pierrot content' | 35 x 31 cm, huile sur toile | Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza
Antoine Watteau, 'Pierrot content' | 35 x 31 cm, huile sur toile | Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza © Museo Thyssen-Bornemisza / Museo Thyssen-Bornemisza

Au début du XVIIIe siècle, Antoine Watteau redécouvre la tradition de la pastorale développée par les artistes vénitiens et flamands des XVIe et XVIIe siècles. Inspiré par ces images d’une vie insouciante dans les campagnes, Watteau transforme la pastorale pour la rendre à la fois moderne et profondément française. Il peint des scènes d’une grande délicatesse, peuplées de jeunes Parisiens à la mode (La Proposition embarrassante , Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg). Le génie de Watteau, excellent dessinateur et subtil coloriste, est évident et il attire l’attention sur un genre jusque-là marginal. Ses œuvres sont très rapidement acquises par les grands collectionneurs de l’époque, comme Pierre Crozat ou Frédéric le Grand de Prusse (Récréation galante , Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Gemäldegalerie). Son succès est tel que même l’Académie royale de peinture et de sculpture reconnaît l’importance de « l’invention » de Watteau. Mais cette institution conservatrice peine à définir le genre de la fête galante, qui se caractérise par sa légèreté et sa modernité (Les Plaisirs du Bal , Dulwich Picture Gallery, Londres). Watteau est donc reçu à l’Académie comme peintre d’histoire, ce qui témoigne de la considération accordée à son œuvre. Délestée des contraintes d’une définition académique, la fête galante invite à l’expérimentation et à l’innovation. Au cours de sa carrière d’une quinzaine d’années, Watteau laisse libre cours à sa créativité et à sa fantaisie, en privilégiant des scènes poétiques, où transparaît son intérêt pour le théâtre (Pierrot content , Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid et L’Isle de Cythère , Städel Museum, Francfort-sur-le-Main).

Les tableaux majeurs de Watteau ainsi que de nombreuses autres pièces de maître de cette époque sont visibles à l'exposition que le Musée Jacquemart-André consacre à la peinture française du XVIIIe siècle : "De Watteau à Fragonard, les Fêtes galantes".

Les liens

Musée Jacquemart-André Propriété de l’Institut de France, le Musée Jacquemart-André est géré et mis en valeur par Culturespaces depuis 1996. Édifié à la fin du XIXe siècle, cet hôtel particulier propose la découverte d’espaces meublés et décorés selon la mode et le goût de l’époque. Les époux André ont rassemblé une éblouissante collection de peintures, sculptures, tapisseries, objets d’art et mobilier rare.

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.