Avec ses jeans déchirés, ses T-shirt et son blouson de cuir, il arbore le look d’un adolescent tel que l’on en croise à Paris ou Londres. Passionné par le patrimoine culturel français, il dévore notamment Hugo et Balzac, et voue un culte à Monnet. La palette graphique permet à Benjamin de dessiner et peindre ses bandes dessinées à un rythme intense, qui lui permet également de définir et imposer son style aux traits jaillissants, aux couleurs souvent saturées de lumière.

Ce dessinateur de manhua aime par dessus tout réaliser de grandes toiles numériques uniques, que la galerie Arludik fut la première à exposer.

Son nom d’artiste, Benjamin, est un hommage au héros romantique et passionné du film le Lauréat, interprété par Dustin Hoffman. Pétri de références importées de l’Europe et des États-Unis, l'artiste fascine Joann Sfar qui nous emmène dans l' univers de icône de l’Art Ludique.

Evénement(s) lié(s)

Les peintures stylo bille de Joann Sfar

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.