Au musée du Luxembourg, dans l'exposition La Renaissance et le Rêve, on croise beaucoup de nymphes et de Vénus. On pourrait être tenté de voir dans tous ces corps nus exposés une signification freudienne: le rêve, selon le psychanalyste autrichien, sert à assouvir nos désirs refoulés, notamment ceux liés à la luxure et l’érotisme mais que nenni !

Pour nous, le rêve renferme forcément un sens caché, qui doit être analysé, décortiqué. Mais au XVIème siècle, le songe est plutôt perçu comme une source d’inspiration, un processus créateur. En 2013, nos songes nous déconcertent, mais pas au XVIème siècle.

"Le palefrenier ensorcelé" de Hans Baldung Grien, croqué par Joann Sfar
"Le palefrenier ensorcelé" de Hans Baldung Grien, croqué par Joann Sfar © Radio France / Joann Sfar

Evénement(s) lié(s)

Les peintures stylo bille de Joann Sfar

Croquis de Joann Sfar à l'exposition "La renaissance et le rêve" au musée du Luxembourg

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.