Elle est jeune, belle, fragile, physiquement brisée par un terrible accident de bus à l’âge de 18 ans.

De vingt ans son aîné, il est une sorte de géant, une force de la nature aux traits grossiers.

Quand ils se rencontrent pour la première fois en 1923, Diego Rivera est déjà un peintre confirmé qui couvre les murs des édifices publics de Mexico de fresques monumentales dédiées à son peuple, alors que Frida Khalo ne se consacrera à la peinture qu’après son accident de bus en 1925.

Leurs œuvres diffèrent par bien des aspects : elle peint des petits formats qui constituent un journal intime ; il adresse un grand message au peuple. Mais ils partagent l’amour de l’art et de leur pays, et s’engagent dans les mêmes combats politiques. Leurs œuvres, présentées ensemble, au Musée de l’Orangerie, constituent le témoignage d’une histoire à la fois personnelle et universelle.

Evénement(s) lié(s)

Les peintures stylo bille de Joann Sfar

Croquis de Joann Sfar sur l'exposition "Frida Kahlo / Diego Rivera, l'art en fusion" au Musée de l'Orangerie

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.