Artiste européen d’une importance considérable, Jordaens n’a jamais fait l’objet d’une exposition spécifique sur le sol français. Véritable événement, cette rétrospective au Petit Palais rassemblera plus d’une centaine de peintures, esquisses et dessins provenant des collections françaises, européennes et nord-américaines.

Très influencé par Le Caravage et Rubens (dont il fut l'élève puis le premier assistant lorsque Van Dyck partit pour l'Italie), Jacques (ou Jacob) Jordaens développe un style unique, à la croisée de ses deux prestigieux aînés donc, mais aussi des peintres vénitiens de la Renaissance ou de l'art antique. Des portraits de famille aux compositions religieuses, en passant par de formidables paysages et des sujets au réalisme brutal, Jordaens devient célèbre et impose ses éclairages vifs, ses étonnants jeux de couleurs, et son balancement entre légèreté et emphase. Alors qu'Anvers, à l'époque capitale économique du monde occidental, perd peu à peu sa prééminence au cours du XVIIème siècle, Jordaens voit les commandes affluer de toute l'Europe, concourant ainsi à entretenir la flamme du port de la mer du Nord. Et à devenir la gloire d'Anvers.

Evénement(s) lié(s)

Les peintures stylo bille de Joann Sfar

Croquis de Joann Sfar à l'exposition "Jordaens, la gloire d’Anvers"

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.