Gustave Doré est sans doute l'un des plus prodigieux artistes du XIXème siècle. Il acquiert une célébrité nationale grâce à ses caricatures et ses illustrations. Considéré comme un artiste de seconde zone, il développera son talent dans tous les domaines de la création : dessin, peinture, aquarelle, gravure, sculpture.Devant la richesse d’une telle énumération, fidèle à l’image du dessinateur prolixe sans cesse au travail, l’absence de certains noms intrigue. Ainsi cherche-t-on en vain ceux de Jules Verne, par exemple, ou de Victor Hugo. Les illustrations pour l’œuvre de ce dernier, à qui Doré vouait pourtant une grande admiration, se résument à deux dessins pourLesTravailleurs de la mer . Doré livra lui-même l’explication de ce silence face à l’œuvre du grand écrivain, arguant « qu’avec un texte de Hugo où tout est si complètement et comme plastiquement décrit, figuré presque, le crayon et le pinceau n’avaient plus qu’à servilement décalquer ; c’est-à-dire que son imagination à lui Doré resterait sans emploi. ». Les correspondances entre les œuvres, littéraire de l’un et plastique de l’autre, révèlent pourtant une parenté dont les liens se sont tissés sous les derniers feux d’un romantisme qui renaît de ses cendres

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.