À la faveur d'un prêt exceptionnel de la collection Dolores Olmedo, le Musée de l'Orangerie présente, en France, un ensemble inédit d'œuvres de Frida Kahlo et de Diego Rivera, le couple terrible de la peinture mexicaine post-révolutionnaire.

Lui, géant de 150 kg pour 1,80 m, fut l'un des chefs de file du muralisme né dans les années vingt et qui a fait entrer la peinture mexicaine dans l'ère de la modernité. Mondialement reconnu, il a couvert de fresques les palais publics du Mexique, exaltant le nationalisme et les valeurs traditionnelles de son peuple.

Elle, 50 kg à peine pour 1,60m et de 21 ans sa cadette, a peint une vie de souffrances incroyables marquée aussi bien par l'accident d'autobus qui lui brisa le corps en 1925, à 18 ans (elle a subi, sa vie durant, 32 opérations et porté 28 corsets orthopédiques), que par son amour dévastateur pour Diego Rivera qu'elle épousa en 1929.

Entre eux, il y avait aussi la politique, leur engagement houleux au sein du Parti communiste mexicain et la figure de Trotsky (avec lequel Frida eu une courte liaison). Sadomaso, les Rivera ?

Evénement(s) lié(s)

Les peintures stylo bille de Joann Sfar

Croquis de Joann Sfar sur l'exposition "Frida Kahlo / Diego Rivera, l'art en fusion" au Musée de l'Orangerie

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.