Du 29 janvier au 28 février 2014, la Galerie Barbier et Mathon , à Paris, proposait une exposition des planches du dessinateur de mangas Osamu Tesuka.

Exposition Tesuka / Galerie Barbier et Mathon
Exposition Tesuka / Galerie Barbier et Mathon © Galerie Barbier et Mathon / Osamu Tesuka

Tezuka a écrit au cours de sa vie de très nombreuses œuvres (plus de 700 œuvres originales) qu'il est impossible d'énumérer de manière exhaustive.Touche à tout, scénariste inspiré, sa création est résolument moderne et universelle. Il aborde tous les thèmes : de la fresque historique ou épique à la science-fiction et au fantastique, qui font partie de ses domaines de prédilection. Profondément altruiste, il n'a de cesse de communiquer ses passions (la recherche de la vérité, la philosophie, la science, la littérature) et de transmettre son savoir sous une forme attrayante, ludique et à la portée de tous. Ayant connu les affres de la guerre, l'amour de la vie et la défense de la paix sont une constante de son œuvre. Il exprime lui-même cela : « Ce que j'ai cherché à exprimer dans mes œuvres tient tout entier dans le message suivant : Aimez toutes les créatures ! Aimez tout ce qui est vivant ! »

On peut citer parmi ses œuvres phares :

  • Astro, le petit robot (Astro Boy ) qui revisite sous une forme réactualisée le thème du Prométhée moderne en abordant le sujet de l’intelligence artificielle et donne naissance à un super-héros japonais, le pendant des grandes figures héroïques de Marvel.
  • Le Roi Léo pose les questions de la place de l'individu dans la société et mène déjà une réflexion sur l'impact de l’homme sur l’environnement, sur le thème de la responsabilité également.
  • Princesse Saphir préfigure les héroïnes les plus intrépides de l’animation japonaise. Le style adopté par Tezuka et l'intrigue jouant sur l'ambivalence sexuelle du personnage joue un rôle précurseur dans l'histoire du courant dit shōjo.
  • Black Jack , le médecin de génie, cynique, taciturne et solitaire soulève à chaque nouveau cas la question de la valeur de la vie, de l’éthique, et inspirera bien des années plus tard un autre personnage hors normes, Dr House . Black Jack prend vie en 1973 alors que Tezuka voit avec désarroi la faillite de son studio Mushi Production.
  • L'ara aux sept couleurs est un hommage au théâtre et offre des « critiques » humoristiques de pièces, de Hamlet de Shakespeare au théâtre japonais, américain ou russe - Tchekhov - en passant par le Rhinocéros d'Eugène Ionesco, Médée d'Euripide ou Cyrano de Bergerac .

Tezuka aborde aussi les thèmes religieux et philosophiques, aussi bien sous des formes courtes (le manga Le Cratère ou les recueils d'histoires courtes Histoires pour tous par exemple) qu'à travers de grandes fresques épiques ou historiques : Phénix, l'oiseau de feu relate notamment l’arrivée en terre japonaise du bouddhisme, œuvre en plusieurs opus qui accompagnera l'auteur tout au long de sa vie, de 1967 à sa mort, pour rester inachevée. Il dépeindra plus tard La vie de Bouddha .Vers la fin de sa vie, alors qu'il est frappé par la maladie, il adopte dans ses mangas un style plus sombre, destiné à un public plus âgé ; L'histoire des 3 Adolf , par exemple, à travers les vies croisées de trois personnages partageant le même prénom, porte un regard éclairé sur les préjugés, les engagements idéologiques et militaires des hommes durant la Seconde Guerre mondiale. Ayako est à la fois une fiction politique et un drame présentant les errances et les tiraillements de la société japonaise d'après guerre.

Source : Wikipedia

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Vous voyez le tableau Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.