Ils construisent une justice autrement en respectant les us et coutumes de ces territoires

Masque au Musée de Nouméa
Masque au Musée de Nouméa © Getty / De Agostini Picture Library

En Nouvelle Calédonie

Daniel Rodriguez magistrat en Nouvelle-Calédonie, Province Nord.
Daniel Rodriguez magistrat en Nouvelle-Calédonie, Province Nord. © Radio France / Anne Pastor

Depuis les accords de Nouméa en 1998, l'article 75 de la constitution française autorise les kanaks à conserver un statut juridique différent de celui du droit commun. Un droit non écrit, oral dicté par la coutume. Il existe deux juridictions coutumières présidées par un juge métropolitain mais entouré d'assesseurs kanaks. C'est une autre conception de la justice au plus près des kanaks et de leurs traditions.

A Mayotte

Un cadi, un juge de la communauté musulmane, écoute les personnes lors d'une session de la Cour cadique dans la ville de Sada, dans l'archipel d'Océan Indien d'outre-mer de Mayotte.
Un cadi, un juge de la communauté musulmane, écoute les personnes lors d'une session de la Cour cadique dans la ville de Sada, dans l'archipel d'Océan Indien d'outre-mer de Mayotte. © AFP / RICHARD BOUHET

Pendant cinq siècles, les cadis remplissaient des fonctions judiciaires, civiles et religieuses. Mais la départementalisation en 2011 a sonné le glas de cette justice cadiale musulmane. Depuis ils passent un diplôme des valeurs de la République et des religions et jouent un rôle de médiateur et de conseiller juridique. C'est l'exemple d’une justice de droit commun adaptée à cette société musulmane.

Le juge Daniel Rodriguez, juge d'application des peines en Nouvelle-Calédonie, discute de propositions de peines alternatives avec le pasteur de Koné.

Remerciements :

Ce programme a reçu le soutien de :

En Nouvelle Calédonie :

A Mayotte :

La programmation musicale :

  • Sandré Nkaké : "La mauvaise réputation"
  • Gorillaz : "She's my collar"
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.