Dialogue entre ceux qui souhaitent partir et ceux qui souhaitent rester français à tout prix.

Bâtiment administratif avec la devise de la collectivité de Nouvelle-Calédonie, qui s'ajoute au : Liberté, Égalité, Fraternité qui reste celle de la République dont l'archipel fait partie.
Bâtiment administratif avec la devise de la collectivité de Nouvelle-Calédonie, qui s'ajoute au : Liberté, Égalité, Fraternité qui reste celle de la République dont l'archipel fait partie. © Radio France / Anne Pastor

En 2011, Mayotte devient un département français. Au même moment la Nouvelle Calédonie confirme le référendum de 2018 sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie, Caldoches et Kanaks mettent en œuvre un processus inédit d’auto-décolonisation concerté.

En Nouvelle Calédonie

Graffitis sur les murs de la FOL, Fédération des Oeuvres Laïques, à Nouméa.
Graffitis sur les murs de la FOL, Fédération des Oeuvres Laïques, à Nouméa. © Radio France / Anne Pastor

Pendant 3 000 ans, les Kanaks vivent seuls sur leur terre, élaborant la coutume, un ensemble de règles non écrites qui régissent la société. Avec la colonisation par la France en 1853, tout change. Elle impose un système de valeurs. Mais, aujourd'hui en prévision du référendum la souveraineté est de plus en plus partagée et les pratiques coutumières reconnues. En 2018, la Nouvelle Calédonie devrait se prononcer par référendum sur l’autodétermination.

A Mayotte

Photo datant de l'année 2009 du tribunal musulman du Grand Cadi de Mayotte.
Photo datant de l'année 2009 du tribunal musulman du Grand Cadi de Mayotte. © AFP / RAPHAEL HERMANO

Rester mais à quel prix ? Français depuis 2011, les Mahorais ont découvert l'application du droit français, et les cadis (chefs religieux locaux), qui longtemps ont rendu la justice locale, passent un diplôme des « valeurs de la République » et jouent aujourd'hui un rôle de médiation et d'éducation indispensable auprès des jeunes et des délinquants. Une expérience inédite et un apprentissage du droit selon les traditions.

Anne Pastor et ses amies en Nouvelle Calédonie
Anne Pastor et ses amies en Nouvelle Calédonie © Radio France / Anne Pastor

Remerciements à :

  • Paul Wamo, écrivain, conteur et slameur kanak. Acteur incontournable de la scène artistique de Nouvelle-Calédonie.
  • Isabelle Leblic et Isabelle Denis, anthropologues.
  • La documentation de Radio France
  • Et à toutes ces personnes de m'avoir accordé leur confiance et, à David Rochier et Marie Noëlle Bas pour leur soutien.

Benoit Trépied, anthropologue évoque les enjeux du référendum.

"Fin mal barrés", c’est l’histoire contemporaine des Calédoniens, et de ce fameux référendum "qu’on attend depuis 30 ans" qui, peut être d’ailleurs, "comme une compagnie low cost, qui ne viendra jamais". Un contexte un peu particulier qu’ont décidé d’évoquer Jenny Briffa, journaliste, et la comédienne Marithé Siwéné dont voici un extrait :

Ce programme a reçu le soutien de :

En Nouvelle Calédonie :

A Mayotte :

La programmation musicale :

  • Marcus Gad : "Kanaké (feat a7jk) "
  • Alain bashung : "Résident de la république"
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.