Manifestation d'esclaves en Mauritanie
Manifestation d'esclaves en Mauritanie © DR Agron Dragaj/Zuma Press/Corbis

Le jeudi 20 août la cour d’appel d’Aleg, ville du Sud-Ouest de la Mauritanie, a confirmé la peine, prononcée en première instance,de deux ans de prison ferme pour les militants de l’ONG "Résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie" (IRA) . Biram ould Abeid, président de l'ONG IRA, son vice-président Brahim ould Bilal, et Djiby Sow, à la tête d'une ONG de défense des droits civiques, avaient été arrêtés en novembre 2014 à Rosso alors qu'ils participaient à une caravane de sensibilisation contre l'esclavage.

Cette décision survient alors que le Parlement mauritanien a adopté une nouvelle loi pour durcir la répression contre l'esclavage le 13 août . Dans ce nouveau texte, adopté à l'unanimité,les pratiques incriminées sont plus nombreuses et les peines d'emprisonnement à l'encontre de ceux jugés coupables d'esclavage sont doublées.

Balla Touré , secrétaire exécutif aux relations extérieures d'IRA-Mauritanie, revient dans"Vu d’ailleurs" sur la situation du pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.