Ce tableau du Bronzino peint en 1539 est un chef d'œuvre mondial, le premier triomphe de l’Académisme.

Exposé à Florence au musée des Offices, il ravit depuis cinq siècles les visiteurs amateurs.

Et si le problème venait de là ? Car il y a un problème : cette toile, très critiquée, fut souvent dépréciée par les maîtres.

« C’est affreusement ressemblant, ce n’est pas de la peinture ».

Eléonore de Tolède
Eléonore de Tolède © Radio France / Le Bronzino

Jugée, lisse, sans âme, cette Eléonore est sans peintre. Il n’y a pas la touche d’expression artistique de l’auteur. C’est, selon Paul Veyne ce qui plait à l'innocent amateur.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.