"Bourgade de Gâtine qui compte 362 âmes énergiques et accueillantes", Pougne-Hérisson est une commune française, située dans le département des Deux-Sèvres et la région Poitou-Charentes.

C'est un "village légendaire où seraient nées toutes les histoires. Mais à force d’en entendre des histoires, on viendrait presque à douter de l’existence de ce patelin du Poitou !"

Misant sur l’absurde, l’imaginaire, le ludique et le poétique,le festival du Nombril a lieu tous les deux ans. L’année qui ne lui est pas dédiée, l'est à la découverte et aux expériences artistiques étonnantes : jardin mécanique et végétal (porte ouverte sur l’univers de la parole), découverte d’objets insolites, des machines à tarabuster les cailloux et du laboratoire d’Ombilicologie. Contes, histoires, musique, cinéma en plein air, ateliers d’écriture, théâtre de rue, parcours en vélo accompagné de musiciens, etc.

Une approche active, interactive et créative des histoires.

Tout cela pour réveiller en chacun l’envie et la capacité à raconter des histoires, développer son imaginaire, découvrir de jeunes conteurs, un site culturel en milieu rural, un jardin pédagogique, donner des repères sensibles, éveiller la curiosité, l’envie de lire et d’écouter des histoires, donner des repères culturels, connaître et comprendre les contes et mythes de référence. Stimuler la réactivité.

La légende de Pougne-Hérisson :

Partie de Pougne-Hérisson, épicentre du Big Bang, une gerbe enflammée a dispersé le pollen d’histoires aux quatre coins de la planète. Mais ces récits reviennent toujours se ressourcer à Pougne-Hérisson, là où tout commence, où tout se raconte à nouveau.

Une fois le feu de la gerbe refroidit, le pollen se fait pierre de granit dans la Mine de contes.

Depuis la fin du 20ème siècle, le village de Pougne-Hérisson est reconnu comme le Nombril du monde, lieu de naissance, de transit, de repos pour les contes, les histoires et les plus beaux mensonges. Ils viennent se régénérer dans le jardin d’histoires.

La Mine des contes a finalement été abandonnée et disparaît sous les ronces.

Il faut attendre le 6 juin 1944 pour que la Mine de contes soit redécouverte suite au parachutage, par erreur, de l’anthropologue John Barney Fergusson, qui s’y cache jusqu’à la libération. Puis il rencontre Robert Jarry avec qui il invente l’Ombilicologie.

John met en évidence le phénomène de transformation des histoires incandescentes en pierre, et Robert fabrique des machines à tarabuster les cailloux pour les faire parler.

John meurt mystérieusement dans un incendie en 1958.

Robert décide de poursuivre leur objectif commun : faire revenir à Pougne-Hérisson les histoires parties de cet épicentre, de ce Nombril du monde. Mais ses inventions n’ont jamais fonctionné de son vivant, et il meurt en 1976 pendant la grande sécheresse.

Le fils de John Fergusson (Thomas) part sur les traces de son père et fabrique un laboratoire dans une vieille capsule spatiale afin d’étudier les liens entre les étoiles et les nombrils terrestres. Son œuvre brûle dans un incendie. Il meurt de désespoir. Son Spoutnik restauré est aujourd’hui visible dans le jardin d’histoires, à Pougne-Hérisson.

Les incroyables travaux de ces trois Ombilicologues auraient été perdus si, en 1990, le conteur Yannick Jaulin n’avait découvert et partagé cette mythologie avec les habitants.

Aujourd’hui ces appareils saugrenus fonctionnent et attirent de nombreux contes qui viennent se ressourcer et renaitre au Jardin d’histoires de Pougne-Hérisson.

Les liens

Association "Le Nombril du Monde" Depuis la nuit des temps, bien avant que les hommes ne soient préhistoriques, les contes ont fait la renommée de Pougne-Hérisson. Depuis 1990, les histoires reviennent enfin au Nombril du Monde...

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.