Le « Jungle-Tour » est une manifestation publique qui a pour but de développer les liens entre les associations soutenant les exilés dont la situation est préoccupante, de sensibiliser la population et interpeler les décideurs politiques sur leurs conditions de vie le long du littoral français de la Manche et de la Mer du Nord, et sur le respect de leurs droits. »

Il est à l’initiative de la CFDA (Coordination Française pour le Droit d’Asile) qui déplore la situation des « exilés » dans le Nord-Ouest de la France.

Alors que l’immigration est au centre des débats et des préoccupations politiques on ne semble vouloir parler des conditions des migrants que ponctuellement et la majeur partie du temps en termes péjoratifs.

Ainsi, le « Jungle tour » est né pour montrer qu’il y a une vie et une solidarité dans cette jungle.

Le principe : se déplacer à vélo, par petites étapes de 30 à 60 km. Il est possible de participer à l'intégralité du tour ou seulement à une partie. L'hébergement est organisé par les associations locales (prévoir une tente et un sac de couchage). Le groupe cycliste est autonome pour sa nourriture (prévoir 5 à 10 € par jour pour les achats gérés en commun).

Il s’est déroulé, pour sa 2ème édition, du 2 au 11 juillet de cette année et a relié Bailleul, Lille, Angres, Norrent-Fontes, Saint-Omer, Calais, Dunkerque, Ostende, Bruges, Gand et Bruxelles.

À chaque étape, une nouvelle association a accueilli les cyclistes. Ainsi les associations placées sur les différentes étapes du tour ont rendu compte de la diversité des situations et donc des initiatives et modes d’action pour y répondre.

Certaines s’occupent par exemple de collectes de vêtements, d’autres d’aides administratives, d’accueil, etc.

À Norrent-Fontes, pour autre exemple, la situation des migrants n’est pas la même qu’à Calais. Son maire a soutenu les initiatives des associations, ce qui lui a valu une mise en demeure.

« Le Jungletour 2011 s’est terminé à Bruxelles. Cette étape a été l'occasion de remettre au Parlement européen les témoignages des associations de terrain, quant au respect des droits fondamentaux des exilés, l'application de la directive « accueil » et les effets négatifs du règlement Dublin II sur l'accès au droit d'asile. » L’occasion aussi de rendre un rapport sur la responsabilité de l’Europe.

La CFDA a mené une enquête de mai à juillet 2008. Le rapport qui en est issu s’intitule la loi des "jungles » . Il est rendu par des militants et des universitaires pour tenter de faire le lien entre les associations nationales et les plus petites.

La CFDA rassemble les organisations suivantes :

ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), Act-Up Paris, Amnesty International - section française, APSR (Association d’accueil aux médecins et personnels de santé réfugiés en France), CAEIR (Comité d’aide exceptionnelle aux intellectuels réfugiés), CASP (Centre d’action sociale protestant), Cimade (Service œcuménique d’entraide), Comede (Comité médical pour les exilés), ELENA, FASTI (Fédération des associations de soutien aux travailleurs immigrés) France Libertés, Forum Réfugiés, FTDA (France Terre d’Asile), GAS (Groupe accueil solidarité), GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés), LDH (Ligue des droits de l’homme), MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), Association Primo Levi (soins et soutien aux victimes de la torture et des violences politiques), Secours Catholique (Caritas France), SNPM (Service National de la Pastorale des Migrants), SSAE (Service social d’aide aux émigrants).

Les liens

Le site du Jungletour

Résumé du rapport la loi des "jungles"

Article au sujet de la mise en demeure du maire de Norrent-Fontes

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.