Des balises satellites sont déployées en ce moment par une entreprise française dans plusieurs fleuves d'Indonésie, afin de surveiller le trajet de ces déchets pour les récupérer avant qu'ils ne partent en mer.

 90% des déchets plastiques retrouvés dans l'océan proviennent de 8 fleuves en Asie, selon une étude allemande. Ici, une plage de Bali (Indonésie), en 2017.
90% des déchets plastiques retrouvés dans l'océan proviennent de 8 fleuves en Asie, selon une étude allemande. Ici, une plage de Bali (Indonésie), en 2017. © AFP / SONNY TUMBELAKA

Traquer par satellite les bouteilles en plastique, flacons de shampoings et autres déchets dans les fleuves avant qu'ils n'arrivent en mer. C'est ce que teste en ce moment l'Indonésie, alors que le pays est l'un des plus gros contributeurs au monde en terme de pollution plastique marine. 

Le gouvernement a missionné une entreprise française, CLS, filiale du Centre national d'études spatiales (Cnes), pour installer des balises satellites à l'embouchure de trois fleuves. En suivant la dérive de ces macro-plastiques, le but à terme est de permettre aux autorités de les intercepter avant qu'ils ne s'échouent sur les plages.

70 balises à installer pour traquer les déchets

Concrètement, 20 balises satellitaires ont déjà été déployées depuis l’embouchure des fleuves Cisadane à Jakarta, Bengawan à Solo (Java centre) et Musi à Palembang (Sumatra). Au total, 70 devront être installées. "Une fois qu'elles sont relâchées, les balises émettent des positions toutes les heures, on peut donc suivre leurs pérégrinations dans les mers par satellite", détaille Claire Dufau, chef de projet pour CLS. "Cela permet de donner au gouvernement Indonésien une capacité plus facile, moins onéreuse et moins dangereuse de collecter les déchets. Ils vont pouvoir visualiser où se positionnent les principales zones d'accumulation sur le littoral". Car 90% des déchets dérivant dans les rivières s’échouent sur le littoral, selon les premiers résultats des chercheurs indonésiens et français travaillant sur le programme.

L'ambition du programme est de permettre aux autorités de savoir précisément où les déchets plastiques peuvent être collectés, et le plus tôt possible au cours de leur migration vers l'océan, mais aussi comprendre l'impact des cours d'eau pollués. Selon une étude allemande de 2018, 90% des déchets plastiques retrouvés dans l'océan proviennent de huit fleuves d'Asie et deux d'Afrique. En Indonésie, le plan national de lutte contre la pollution marine vise à réduire de 75 % le volume de ces ordures d’ici 2025.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.