Le 12 septembre, l'auteur du "Capital au XXIe siècle", vendu à plus de 2,5 millions d'exemplaires, publie un nouveau pavé sur les inégalités : "Capital et Idéologie". L'occasion de comparer ce succès à d'autres ouvrages.

Le nouveau livre de Thomas Piketty, Capital et Idéologie, paraît le 12 septembre aux éditions Seuil.
Le nouveau livre de Thomas Piketty, Capital et Idéologie, paraît le 12 septembre aux éditions Seuil. © Maxppp / Christophe Morin

À quelques jours de la sortie du nouveau livre de l'économiste Thomas Piketty, "Capital et Idéologie" (E. Seuil, 1 232 pages, 25 euros), on se souvient de l'engouement autour de son premier livre "Le Capital au XXIe siècle". Fin 2017, il comptabilisait 2,5 millions d'exemplaires vendus dans le monde, depuis sa parution en 2013.

Une exception dans le milieu plutôt confidentiel des ouvrages économiques. Et ce, même si le succès international du livre de Thomas Piketty paraît bien petit face à ceux qui atteignent des sommets de ventes.

La Bible et Le Coran : best-sellers des best-sellers

"La Bible", d'abord, vendue à environ 5 milliards d'exemplaires, selon l'Alliance biblique française. La Bible a été traduite en 692 langues. Second best-seller planétaire, "Le Coran" aurait été vendu à plus de 3 milliards d'exemplaires dans le monde. Plus de 398 éditions auraient été publiées et les textes traduits dans plus de 50 langues. 

Difficile de situer dans ce classement "Les citations du Président Mao Tse-Toung", publié en 1964 par la République populaire de Chine. Dès 1966, tout citoyen chinois devait en posséder un exemplaire. Rebaptisé "Petit Livre rouge", plus d’un milliard d’exemplaires du recueil des discours de Mao auraient été imprimés, et il aurait été traduit dans 36 langues.

Le fantastique a la cote

Dans ce palmarès, le genre fantastique est bien représenté. Le succès du "Seigneur des Anneaux" n'a fait qu'ouvrir la voie. Depuis sa publication en 1937, il se serait vendu à plus de 100 millions d’exemplaires. L'éditeur britannique Bloomsbury s'est récemment vanté des 500 millions d'exemplaires des sept volumes de la saga "Harry Potter" vendus dans le monde et traduits en 80 langues, depuis le lancement de la série en 1997.

Mais il n'est pas toujours nécessaire d'écrire beaucoup pour séduire un grand nombre de lecteurs. Depuis sa parution en 1943, "Le Petit Prince", œuvre poétique d'un peu moins de 100 pages, s'est écoulé à plus de 200 millions d’exemplaires à travers le monde, selon la Fondation Antoine De Saint-Exupéry. Il a été traduit en 391 langues et dialectes. Ce qui en fait l’ouvrage le plus traduit au monde, hors livres religieux.

Musso et Levy, des romanciers français qui s'exportent

Face à ces mastodontes, il est des ouvrages qui rencontrent un succès constant sur la durée, sans nécessairement faire l'objet d'une promotion. C'est le cas du roman espagnol "Don Quichotte" de Cervantes, paru en 1605, vendu à environ 500 millions d'exemplaires. Ou encore du classique de la littérature culinaire "Je sais cuisiner" de Ginette Mathiot, paru en 1932 chez Albin Michel, qui se serait vendu depuis à plus de 6,5 millions d'exemplaires.

Plus récemment, un romancier occupe fréquemment les rayons les mieux exposés des librairies. Rien qu'en 2018, Guillaume Musso a vendu 1,6 million de ses livres en France, ce qui en fait l'auteur le plus lu. Son plus gros succès, "_Un appartement à Paris"_, paru chez Presse Pocket en mars 2018 totalisait plus 590 000 exemplaires cette année-là, selon le classement du magazine spécialisé Livres Hebdo. Au total, les romans de l'auteur se seraient déjà vendus à plus de 55 millions d'exemplaires dans le monde. Il est talonné par Marc Lévy : plus de 42 millions d'exemplaires.

Tops et flops des livres de personnalités politiques

Dans le top des flops de ventes, on trouve assez fréquemment des livres écrits par des personnalités politiques. "Qu'est-ce que le Parti chrétien démocrate ?" de Christine Boutin, paru en 2010 aux éditions l'Archipel, est souvent désigné comme le plus gros bide dans cette catégorie, avec seulement une soixantaine de livres vendus. Mais d'autres ne sont pas loin. Celui de Claude Bartolone, "Je ne me tairai plus", paru en 2014 chez Flammarion, n'aurait attiré que 950 acheteurs, rapporte L'Express.

Mais il y a quelques exceptions, comme l'autobiographie de Simone Veil, "Une Vie". L'année de sa parution en 2007, il se serait vendu à plus de 300 000 exemplaires. L'ancien président Nicolas Sarkozy n'a pas à rougir non plus des ventes de son livre autobiographique "Passions", plus de 220 000 exemplaires depuis sa parution aux éditions L'Observatoire le 27 juin. Enfin, dans les succès de cette année, on pouvait difficilement passer à côté de l'autobiographie de Michelle Obama, "Becoming", vendu à plus de 10 millions d'exemplaires dans le monde, depuis sa sortie en novembre 2018.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.