Chaque jour, France Inter vous emmène à la rencontre d’une figure dans la lutte contre le Covid-19 dans le monde. Aujourd’hui, Vincent Toh Bi Irié, le préfet d’Abidjan, charismatique et populaire.

Tous les jours, dans "Allô Abidjan", Vincent Toh Bi Irié explique les enjeux de la pandémie en vidéo sur Facebook.
Tous les jours, dans "Allô Abidjan", Vincent Toh Bi Irié explique les enjeux de la pandémie en vidéo sur Facebook. © DR

En Côte d’Ivoire, le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, est chargé de la mise en place des mesures restrictives prises par le gouvernement. Mais son autorité est incarnée avec pédagogie, ce qui inspire le respect.

Dès le 22 mars, accompagné des maires et des forces de l’ordre, il effectuait une tournée de sensibilisation dans des lieux publics, bars et night-clubs, notamment, du district d’Abidjan. À tous, il expliquait calmement : "Tous les réfractaires qui exposent leurs vies, celles de leurs proches et celles de tous les habitants répondront de leurs actes."

Fiche d'identité

À 50 ans, l’homme au visage poupin manie aussi bien le nouchi, l’argot ivoirien, que le français littéraire. Diplômé en lettres, Vincent Toh Bi Irié publie des longs textes sur sa page Facebook, suivie par près de 100 000 personnes.

Il raconte notamment ses dix années à l’étranger, dans la gestion de conflits et les processus électoraux. Il est notamment intervenu au Rwanda dans le cadre des élections de 2002 à 2003.

Une série vidéo pour expliquer

Depuis le début de la crise sanitaire, Vincent Toh Bi Irié est le "héros" d'une série vidéo quotidienne sur Facebook. Allô Abidja, ce sont des  capsules de 2 minutes pour mieux expliquer le coronavirus.

L'occasion, aussi, pour le Préfet d’Abidjan, de dénoncer le comportement de "ceux qui veulent profiter du Coronavirus pour escroquer les honnêtes citoyens".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il a dit

En ces temps où certains ont abandonné leurs amis parce que malades (...), en ces temps de peur et de cloisonnement, voici venus les nouveaux Anges faits de chair : le corps médical et paramédical.

Les héros remerciés

S'il ne ménage pas ses efforts pour valoriser les personnels soignants, Vincent Toh Bi Irié s'investit aussi en faveur des autres incontournables de la crise sanitaire. Sa préfecture leur a d'ailleurs consacré une autre série vidéo, Héros de l'ombre, avec un premier épisode consacré aux éboueurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Certains lui reprochent même de trop se mettre en avant de faire le spectacle. Mais il est perçu comme moins technique, moins déconnecté que certains politiciens. Un fan club a même été lancé sur les réseaux sociaux. Des fans qui souhaitent même sa candidature à la prochaine présidentielle.

La menace tranquille

Il faut dire que l'homme, nommé préfet d’Abidjan il y a deux ans, incarne l’autorité avec pédagogie. C'est même sa marque de fabrique. Son képi brodé vissé sur la tête, Vincent Toh Bi Irié est omniprésent : sur le terrain pour apaiser les casseurs, dans les médias pour démentir des fake news.

À ceux qui, sur les réseaux sociaux, "jouent aux malins", il adresse un message clair : 

Un jour, lorsque l'euphorie des like, des commentaires, des partages et des buzz sera passée, vous vous retrouverez en prison.