Des avancées sur la prise en compte de la parole des jeunes, mais encore des lacunes dans la scolarisation et la protection des mineurs. À l'occasion des 30 ans de la Convention internationale des droits des enfants, les associations françaises réclament une stratégie "globale et transversale".

En France, plus de 100 000 enfants ne sont pas scolarisés.
En France, plus de 100 000 enfants ne sont pas scolarisés. © AFP / Frédérick Florin

Si l'on veut voir le verre à moitié plein, il faut se pencher sur la participation des enfants dans l'espace public. Les "Conseils des enfants" se développent dans les communes, ils peuvent participer à certaines décisions, par exemple en votant pour les budgets participatifs, et leur parole est aujourd'hui mieux prise en compte. Du côté du constat positif, les associations saluent aussi la loi du 14 mars 2016 qui prévoit notamment la création d'un Conseil national de la protection de l’enfance.

Le logement, clé de voûte de la protection des enfants

Mais la protection de l'enfance pêche dans plusieurs domaines, et en premier lieu dans celui du logement. Rien qu'en Île-de-France, le Samu social héberge aujourd'hui 21 000 enfants dans des hôtels. Avec comme première difficulté, le fait de ne pas pouvoir aller à l'école. Selon la Défenseure des enfants, plus de 100 000 jeunes ne sont pas scolarisés en France. Impossible alors d'apprendre à lire et écrire, se former à un métier, s'initier à la vie en collectivité.

En matière de santé, c'est le manque de soins dits "secondaires" qui inquiète. Optique ou gynécologie notamment, des actes qui ne sont pas remboursés à 100% par la Sécurité sociale et dont les dépenses trop lourdes pour certaines familles font qu'ils passent à la trappe. 

Les associations s'alarment aussi de l'évolution de la justice des mineurs, qui se rapproche de plus en plus, disent-elles, de celle des adultes. Depuis trois ans le nombre de mineurs détenus augmente, ils étaient autour de 800 au printemps dernier.

35 associations réunies au sein du groupe La Dynamique "De la Convention aux Actes" demandent donc aux pouvoirs publics de proposer une stratégie "globale et transversale de la prise en charge des enfants, dans tous les domaines qui les concernent, avec notamment la mise en place de plusieurs réunions interministérielles chaque année".

►►► Journée spéciale "Les enfants d'abord !" 

À l’occasion des 30 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant, France Inter et Konbini s’associent à l’UNICEF pour une journée spéciale : où en sont les droits de l’enfant ? Comment lutter contre les violences faites aux enfants qui persistent ? Comment faire face aux nouveaux défis d’un monde en mutation ? Tout le programme est à retrouver ici. 

POUR ALLER PLUS LOIN :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.