Alors que Donald Trump espère la construction prochaine d'un mur, la barrière métallique entre les deux pays a déjà fait naître des détournements et des performances artistiques pour relier les deux côtés de la frontière.

À travers la barrière métallique qui les sépare, des enfants ont fait de la balançoire ensemble, de part et d'autre de la frontière américano-mexicaine.
À travers la barrière métallique qui les sépare, des enfants ont fait de la balançoire ensemble, de part et d'autre de la frontière américano-mexicaine. © AFP / Luis Torres

Donald Trump vient d'obtenir "une grande victoire" : la Cour suprême a accordé au président américain l'autorisation d'utiliser 2,5 milliards de dollars pour construire un mur à la frontière avec le Mexique. Une barrière sépare déjà les deux pays sur plus de 1 000 kilomètres. De part et d'autre, artistes, habitants ou encore trafiquants rivalisent d'inventivité pour créer des ponts, réels ou symboliques.

Les enfants se balancent entre le Mexique et les États-Unis

Des enfants mexicains et américains qui s'amusent... ensemble, malgré les barreaux qui les séparent. Des balançoires à bascule ont été installées dans la région d'Anapra, reliant les habitants de Sunland Park à ceux de Ciudad Juárez le temps d'un jeu. Une idée qui avait germé dix ans plus tôt dans la tête de l'architecte Ronald Rael qui vient de la réaliser et qui a tenu à partager sur Instagram le moment où les enfants ont découvert les installations.

Le street-art à l'assaut des barreaux

Cette frontière est aussi devenue le terrain de jeu de JR. Le street-artiste français a d'abord exposé l'image géante d'un enfant, le regard porté vers l'autre côté de la ligne de séparation. Face à l'interdiction émise par les autorités américaines de placer l'oeuvre sur la barrière métallique, il l'a installée sur le terrain d'une famille mexicaine, dont le plus jeune enfant, Kikito, a servi de modèle photo.

Autre réalisation hors-normes de l'artiste, une grande table de pique-nique traversant la frontière. Les participants des deux côtés ont partagé le même repas et formé un orchestre binational.

View this post on Instagram

PICNIC AT THE BORDER - Video by @chopemdownfilms

A post shared by JR (@jr) on

D'ingénieux trafiquants...

Les trafiquants de drogues, eux aussi, ne manquent pas d'idées qu'ils mettent en oeuvre avec plus ou moins de succès. Après les tunnels, ils tentent de livrer la marchandise par les airs. Les gardes frontière américains ont saisi plusieurs catapultes utilisées pour propulser du cannabis au dessus de la barricade. 

Les douaniers ont également découvert une cuve de dioxyde de carbone qui servait de propulseur à un canon à air comprimé. Plus technologique encore, des drones servent parfois de mules pour permettre la traversée de marijuana.

Autre tentative avortée, à terre cette fois, des narco-trafiquants ont tenté l’incursion à bord d'une jeep remplie de cannabis, à l'aide d'une rampe d'accès. Mais la voiture est restée bloquée en haut de la barrière.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.