Toute la semaine, notre série de reportages fait escale à Marseille. Du Parc National des Calanques, à l'éducation à l'écologie marine, en passant par la pollution des bateaux de croisière sur le port, le littoral de la cité phocéenne livre ses joyaux et ses menaces.

À Ensuès-La-Redonne, sur la Côte Bleue, au nord de Marseille.
À Ensuès-La-Redonne, sur la Côte Bleue, au nord de Marseille. © Radio France / Maud de Carpentier

Episode 1 : La police maritime dans le parc national des calanques 

Le parc national des calanques représente 43 500 hectares, 60 espèces marines patrimoniales, et des zones de non prélèvement. Pour veiller au respect de ces zones, il y a les inspecteurs des calanques, et il y a aussi la brigade de l’U.S.P.L ou Unité de Sûreté et de Prévention du Littoral.  Elle est la seule unité de la police nationale permanente en mer. Parmi leurs missions, il y a la protection et la surveillance du parc des calanques, avec notamment la chasse aux braconniers. 

 L'Unité de Sécurité et de prévention du littoral, en patrouille dans les calanques, à Marseille
L'Unité de Sécurité et de prévention du littoral, en patrouille dans les calanques, à Marseille © Radio France / Maud de Carpentier

Reportage embarqué dans leur zodiac, avec le contrôle d’un chasseur de poulpes dans le parc. 

5 min

Episode 1 : La police maritime dans le parc national des calanques

Par Maud de Carpentier
Un policier de l'Unité de Sécurité et de prévention du littoral, en patrouille dans les calanques, à Marseille. La brigade a contrôlé et verbalisé un chasseur qui pêchait une espèce interdite pendant une certaine période, le poulpe.
Un policier de l'Unité de Sécurité et de prévention du littoral, en patrouille dans les calanques, à Marseille. La brigade a contrôlé et verbalisé un chasseur qui pêchait une espèce interdite pendant une certaine période, le poulpe. © Radio France / Maud de Carpentier

Le jeune homme, un Tunisien qui affirmait ne pas connaître la législation française, a été verbalisé pour la pêche d’une espèce interdite pendant la période. Un délit maritime sanctionné par une amende pouvant aller jusqu’à 22 500 euros. Dans ce cas précis, les policiers ont plaidé la clémence auprès du procureur. 

A savoir : la pêche du poulpe est interdite en période estivale, du 1er juin au 30 septembre. C’est la période de reproduction de l’invertébré. C’est également la saison où les femelles sont particulièrement vulnérables, totalement dévouées au soin et à la protection de leurs œufs. Elles en oublient de s’alimenter et de se défendre contre les prédateurs. 

Episode 2 : la pollution du Grand Port Maritime de Marseille et ses conséquences pour les riverains 

Le Grand Port Maritime de Marseille c'est, 81 millions de tonnes de marchandises chaque année, 2 millions de passagers attendus en 2020 : Marseille c’est le premier port de France, le 2e de Méditerranée et des chiffres records qui sont également synonymes de pollution. Puisqu’ un bateau fonctionne avec du fuel très lourd, et particulièrement chargé en soufre. 

Les riverains du port ont donc le nez dans les cheminées des paquebots et respirent ce soufre, ces dioxydes d’azote et ces particules fines et extra-fines. Ils s'avèrent des polluants nocifs et pour certains cancérigènes. 

Rencontre avec Jean-Pierre Eyraud et Marie Didot-Guérini, un couple de riverains qui habite le quartier de Mourepiane, dans le 16e arrondissement de Marseille. Lorsqu’on entre chez eux, on découvre une petite maison accrochée à la colline, une salle à manger avec balcon et vue mer, enfin pas tout à fait…

4 min

Episode 2 : la pollution du Grand Port Maritime de Marseille et ses conséquences pour les riverains

Par Maud de Carpentier

Le Port de Marseille se veut rassurant, et promet que 100% des quais seront électrifiés d’ici 2025. En attendant, seule la Méridionale joue le jeu. Un jeu qui a un coût : comptez un million d’euro pour l’installation dans le bateau (payé par l’armateur donc) et un million d’euro payé par le port pour la potence électrique à quai.  Par ailleurs, il est impossible aujourd’hui de confirmer ou d’infirmer le sentiment de Jean-Pierre Eyraud sur la responsabilité des bateaux dans les maladies des riverains

Bateaux de croisière faisant escale au port de Marseille
Bateaux de croisière faisant escale au port de Marseille © Radio France / Maud de Carpentier

L’Agence régionale de santé n’a lancé aucune étude épidémiologique. Elle reconnaît simplement un environnement « qui favorise les risques sanitaires ». Enfin, deux médecins de ce quartier proche du port confirment avoir constaté une hausse impressionnante des maladies respiratoires ces dernières années. L’un d’eux, en exercice depuis 30 ans, parle d’une augmentation de 15% ces cinq dernières années. 

Episode 3 : La SurfRider Foundation Europe et la qualité de l’eau, comment faire passer des messages par l’éducation à l’écologie ?

On parle tous les étés de la pollution des eaux de baignade à Marseille, avec de nombreuses plages qui se retrouvent fermées à la baignade. 

La lutte contre cette pollution passe aussi par l’éducation. Zoom sur l’ONG SurfRider Foundation Europe qui milite pour la préservation des littoraux. Depuis cinq ans, l’antenne marseillaise se délocalise à la Seyne-sur-Mer dans le Var à l’occasion de la Fête de la science pour parler de qualité des eaux aux enfants. Thibault Gaillard, scientifique de formation et chargé d’éducation au sein de l’ONG a animé toute la journée des ateliers scolaires. 

5 min

Episode 3 : La SurfRider Foundation Europe et la qualité de l’eau, comment faire passer des messages par l’éducation à l’écologie ?

Par Maud de Carpentier
Les enfants de la classe de CM2 de l'école Sainte-Thérèse de La Seyne-sur-Mer dans le Var assistent à un atelier de la SurfRider Foundation sur la qualité de l'eau.
Les enfants de la classe de CM2 de l'école Sainte-Thérèse de La Seyne-sur-Mer dans le Var assistent à un atelier de la SurfRider Foundation sur la qualité de l'eau. © Radio France / Maud de Carpentier

Surfrider estime aujourd’hui que les analyses de qualité de l’eau sont insuffisantes avec des contrôles opérés uniquement l’été (alors que les habitants de Marseille par exemple se baignent toute l’année), et sur des critères bactériologiques seulement (ni la pollution chimique, ni la pollution plastique n’est analysée). 

L’ONG, elle, mise beaucoup sur ces ateliers d’éducation à l’écologie, puisqu’elle estime qu’une personne sensibilisée en touchera une dizaine d’autres autour de lui. Reportage avec la classe de CM2 de l’école Sainte-Thérèse de la Seyne-sur-Mer. 

Episode 4 : Palana Environnement, les pêcheurs de filet fantômes

Romuald, Jean, Clémentine et Pablo, de l'association Palana Environnement.
Romuald, Jean, Clémentine et Pablo, de l'association Palana Environnement. © Radio France / Maud de Carpentier

Palana Environnement, c’est une association originale, dont le but est de récupérer les vieux filets de pêche abandonnés au fond de la mer. Il faut savoir qu’un filet dit fantôme continue de pêcher pendant plusieurs mois. Créée en 2016, l’association présidée et co-fondée par Pablo Liger compte aujourd’hui une trentaine de membres, dont une dizaine de plongeurs. Ils sont scientifiques, maçon ou encore sapeur – forestier en semaine, mais le week-end, ils sont sous la mer, à la recherche de vieux filets de pêche… Au total depuis trois ans, l’association a remonté une tonne de filets de pêche. 

Jean, Clémentine et Pablo, les plongeurs de Palana Environnement remontent un filet de pêche.
Jean, Clémentine et Pablo, les plongeurs de Palana Environnement remontent un filet de pêche. © Radio France / Maud de Carpentier
5 min

Episode 4 : Palana Environnement, les pêcheurs de filet fantômes

Par Maud de Carpentier
Pablo Liger, le co-fondateur et président de Palana Environnement avec le filet retrouvé à 30 mètres de profondeur.
Pablo Liger, le co-fondateur et président de Palana Environnement avec le filet retrouvé à 30 mètres de profondeur. © Radio France / Maud de Carpentier

Après avoir enlevé les filets, l’équipe ne s’arrête pas là, mais elle revient sur place, quelques semaines plus tard pour faire un suivi scientifique, observer si la faune ou la flore ont bien repris leurs droits.  Les filets les plus propres sont ensuite récupérés par une autre association, Sauvage Méditerranée, qui les recycle : bracelets, sacs, filets de cage de football… L’association Palana collecte également, à terre, les filets dont les pêcheurs ne veulent plus. Si vous voulez signaler un filet, il suffit d’aller sur leur site internet : palana-environnement.org 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.