Le Conseil d'État juge la chasse à glu illégale en France. Dans sa décision, la juridiction considère qu'elle est contraire au droit européen.

Lors d'une manifestation à Prades, à l'appel de la Fédération national des chasseurs.
Lors d'une manifestation à Prades, à l'appel de la Fédération national des chasseurs. © Maxppp / Nicolas Parent

C'est une victoire pour les associations de protection de la nature. Dans une décision rendue publique ce lundi 28 juin, le Conseil d'État juge que la chasse à glu est illégale. Cette méthode de chasse est controversée. Le 17 mars, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) avait donné raison à l'association One Voice et à la Ligue française pour la protection des oiseaux (LPO) et remis en cause cette méthode qui n'est plus pratiquée qu'en France. Elle avait estimé que cette technique de piégeage cause un dommage "irrémédiable" à tous les oiseaux capturés. La Fédération nationale des chasseurs (FNC) réclamait son maintien.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Le Conseil d’État observe que ni le Gouvernement, ni la fédération de chasseurs, n’ont apporté de preuves suffisantes permettant d’affirmer que la chasse à la glu ne conduit à ne capturer qu’en petite quantité des oiseaux appartenant à d’autres espèces que celles recherchées. 

Selon le Conseil d'État : "Il relève qu’on ne peut non plus affirmer que les oiseaux capturés accidentellement ne subiraient que des dommages négligeables, une fois relâchés et nettoyés, en particulier au niveau de leur plumage". La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s'est réjouie de cette décision sur Twitter : "Cette chasse est contraire au droit européen et ne pourra plus être autorisée en France. Une avancée pour la biodiversité."

Une technique suspendue depuis un an

L'été dernier, Emmanuel Macron avait décidé de suspendre la chasse à glu pour les grives et les merles dans l'attente d'une décision. 40 000 oiseaux peuvent être chassés avec cette méthode en France. Elle consiste à piéger des oiseaux sur des tiges enduites de colle. Les oiseaux capturés sont ensuite enfermés dans des cages et permettent, grâce à leur chant, d'attirer d'autres oiseaux. Les chasseurs assurent que les oiseaux capturés par erreur sont nettoyés et relâchés. Cette méthode de chasse est pratiquée dans cinq départements du sud-est de la France : dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et le Var.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Très rapidement, l'association One Voice s'est félicitée de cette décision du Conseil d'État. "Quelle belle victoire pour les oiseaux qui ne seront plus pris dans la glu en France !" s'exclame sa présidente Muriel Arnal. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Interdire d'autres pratiques de chasse ?

Interrogé par France Inter, le président de la Ligue pour la protection des oiseaux Allain Bougrain-Dubourg rappelle que d'autres pratiques "inacceptables" doivent-être interdites. "Je pense notamment à la manière dont on écrase des oiseaux avec des pierres plates dans le Massif central", cette méthode s'appelle la tendelle, ou la lecque, en fonction des régions. Parmi les autres pratiques controversées, il y la chasse aux matoles, où l'animal est capturé en faisant tomber sur lui une petite cage en fer, et la chasse aux pantes, qui consiste à déposer des filets sur le sol et à attendre qu'il se referme suite au moindre mouvement d'un oiseau qui sautillerait dessus. "On est au 21ème siècle, il faut en finir avec ces chasses traditionnelles, et d'un autre temps" conclut Allain Bougrain-Dubourg.