Toute la semaine, les reportages de "La Terre au carré" vous emmènent au Brésil, auprès des tribus amazoniennes qui luttent pour défendre leur forêt, et plus précisément dans l'Etat du Rondônia, dans l'ouest de l'Amazonie brésilienne, où les incendies ont particulièrement sévis cet été.

Aux abords du territoire Indigène Uru Eu Wau Wau, village 623, 20 habitants
Aux abords du territoire Indigène Uru Eu Wau Wau, village 623, 20 habitants © Radio France / Giv Anquetil

Dans l’état du Rondônia, dans l’ouest de l’Amazonie brésilienne, les incendies de cet été ont été particulièrement actifs, masquant le ciel et suffocant les habitants de la capitale Porto Velho. Après plus de 5 500 départs de feux enregistrés au mois d’août 2019 (+183% par rapport à 2018), le Président Jair Bolsonaro s'est finalement résolu -face à la pression internationale- à envoyer l'armée mater les incendies. 

 Sur la route BR 364 : Etat du Rondônia, nord-ouest du Brésil
Sur la route BR 364 : Etat du Rondônia, nord-ouest du Brésil © Radio France / Giv Anquetil

Mais ici, c’est toute la couverture forestière a diminué de 50% au cours des dernières décennies, et a laissé la place à des centaines de kilomètres de pâturages barbelés, pour un élevage extensif de viande destinée à l’exportation. Les rares zones encore vertes sur les cartes sont les forêts protégées qui correspondent aux « réserves indigènes » comme celle des Uru Eu Wau Wau et des Surui, deux communautés amérindiennes qui, chacune à sa façon, tentent de lutter contre la déforestation.

Episode 1 : Le chant de guerre des Uru Eu Wau Wau pour défendre la forêt Amazonienne

6 min

Episode 1 : Le chant de guerre des Uru Eu Wau Wau pour défendre la forêt Amazonienne

Par Giv Anquetil

Dans les aires protégées du Rondônia, les populations autochtones vivent sous tension des attaques toujours plus pressantes de ceux qui veulent accaparer leurs terres. Dans cette région, où la population a voté à 72% pour Bolsonaro aux dernières élections, des grileiros sont venus occuper par la force une partie des terres des Uru Eu Wau Wau, encouragés semble-t-il par les promesses d’ouvrir les ressources des réserves pour développer le pays.

Après les avoir chassés une première fois, les amérindiens ne cessent de patrouiller, avec leurs seuls arcs et flèches pour prévenir les incessantes intrusions. Pour preuve, le panneau à l’entrée de leur territoire a été criblé de balles. 

Le jeune homme Baotutu, 23 ans.
Le jeune homme Baotutu, 23 ans. © Radio France / Giv Anquetil

Retour sur les lieux avec Boatutu, 23 ans et paré au combat, pendant que l’ainé Boadjub chante un chant de guerre.

L'homme plus mûr qui chante un chante de guerre Boadjud
L'homme plus mûr qui chante un chante de guerre Boadjud © Radio France / Giv Anquetil

Episode 2 : Les Uru Eu Wau Wau en lutte pour ne disparaître

7 min

Episode 2 : Les Uru Eu Wau Wau en lutte pour ne disparaître

Par Giv Anquetil

Ce peuple dont le « premier contact » avec le monde extérieur ne date que de 1981, a failli disparaître, décimé par les attaques et les maladies des « blancs ». Ils n’étaient plus que 89 en 1993.
Aujourd’hui les Uru Eu Wau Wa sont 135, répartis en 6 villages aux abords immédiats de la gigantesque réserve de près de 2 millions d’hectares dont ils ont la charge, et dont ils dépendent.

Et s’ils comprennent très bien les enjeux climatiques globaux liés à la déforestation de l’Amazonie, pour eux le problème est beaucoup plus immédiat puisqu’il en va de leur survie en tant que peuple. La forêt est leur condition d’existence, et les Uru Eu Wau Wau se sentent aussi menacés que la forêt.

Rencontre avec Borea, l’aînée qui raconte le premier contact et évoque tout ce que son peuple a perdu, et promenade en forêt pour aller pêcher avec Tebu, 11 ans, qui montre tout ce qu’il ne veut pas perdre.

Le petit à la pêche Tebu, 11 ans
Le petit à la pêche Tebu, 11 ans © Radio France / Giv Anquetil

Episode 3 : Face à la déforestation de l’Amazonie, les Surui sortent de leur réserve 

6 min

Episode 3 - Face à la déforestation de l’Amazonie, les Surui sortent de leur réserve

Par Giv Anquetil

A quatre heures de route au sud de la réserve Uru Eu Wau Wau, la Terre Indigène du 7 septembre porte un drôle de nom qui correspond à la date de leur premier contact, en 1969. Mais s’ils ont comme leurs voisins frôlé l’extinction, les Surui plutôt que de se replier, ont choisi de prendre les devants en jouant les règles du marché global.

Agamenon et Mopiri, deux des caciques, chefs du village de Lapetanha à une cérémonie officielle dans la ville voisine de Cacoal
Agamenon et Mopiri, deux des caciques, chefs du village de Lapetanha à une cérémonie officielle dans la ville voisine de Cacoal © Radio France / Giv Anquetil

D’un côté, leur leader Almir Narayamoga court les conférences internationales et les chancelleries pour plaide leur cause en répétant qu’un usage raisonné de l’Amazonie dont ils dépendent est plus viable que sa destruction. De l’autre, les Surui défendent leur forêt avec les moyens des blancs : programmes de reforestation, mise en place d’un marché de crédits carbone et même partenariat avec Google Earth pour géolocaliser les zones déforestées. Mais ils ne sont pas dupes des envies de greenwashing de certaines multinationales. 

Episode 4 : En Amazonie, les Surui replantent contre l’agrobusiness 

7 min

Episode 4 : En Amazonie, les Surui replantent contre l’agrobusiness

Par Giv Anquetil

Avec l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, les têtes ont valsé et les budgets ont fondu dans tous les organismes officiels chargés de la défense de l’environnement et des populations indigènes (IBAMA, FUNAI, INPE) pour laisser place nette aux lobbyistes de l’agrobusiness.

Alors que plus de 250 nouveaux pesticides (dont un bon nombre interdits en Europe) ont été autorisés par le nouveau gouvernement, qui promeut un modèle d’agriculture intensive à coup de chimie et d’OGM, les Surui associent leur tradition sans pesticides aux dernières trouvailles de l’agroforesterie pour montrer qu’un autre rapport à la terre est possible et même rentable.

Kabena, la femme-médecine et femme de chef
Kabena, la femme-médecine et femme de chef © Radio France / Giv Anquetil

Visite de son champ qui n’en est pas un avec le chef Agamemnon et rencontre avec Kabena, la femme-médecine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.