Étape n°1 : dites non à la paille. Étape n°2 : adoptez la gourde ou la tasse isotherme. Étape n°3 : arrêtez les couverts jetables...

Il est possible, avec des gestes simples, de limiter sa consommation de plastique, notamment d'emballages ménagers
Il est possible, avec des gestes simples, de limiter sa consommation de plastique, notamment d'emballages ménagers © Radio France / Julien Mougnon

Les plastiques, on en retrouve dans nos objets du quotidien. Ils composent une part importante de nos appareils électroniques. Ils contiennent nos produits alimentaires et d'hygiène. Et surtout, ils emballent, voire sur-emballent, tout ce que nous achetons.

Étape n°1 : dites non à la paille

Le printemps revient, vous profitez de votre week-end pour vous promener et vous arrêter à la terrasse d'un café pour déguster une limonade. La personne qui prendra votre commande vous proposera peut-être une tranche de citron ou bien l'ajout d'un sirop, mais ne songera probablement pas à vous demander si vous avez besoin d'une paille et, par habitude, votre boisson sera apportée avec un tube de plastique qui finira, au mieux, dans le bac de collecte des déchets recyclables et, le plus souvent, dans la poubelle classique.

49 : c'est le nombre de pailles consommées par an et par personne en France. Sous cet angle, c'est finalement assez peu : moins d'un sachet - plastique - de 50 pailles. Mais à l'échelle de notre pays, cela représente 3,234 milliards d'unités, dont une grande proportion n'est pas du tout nécessaire. Si toutefois, la paille est nécessaire, pour des enfants en bas âge ou pour raisons médicales, par exemple, il existe des pailles en inox, réutilisables.

Étape n°2 : adoptez la gourde ou la tasse isotherme

Avant de reprendre votre promenade, vous commandez un café à emporter ou une bouteille d'eau. Dans le premier cas, il y a de fortes chances que votre boisson chaude soit servie dans un gobelet en plastique. Chaque année, 2,165 milliards de gobelets en plastique sont utilisés en France. Pour les bouteilles plastiques, c'est encore pire : on en utilise 6,355 milliards chaque année. 

Si le plastique est recyclable, le Français demeure un mauvais trieur lorsqu'il n'est pas à la maison. Bien souvent, votre gobelet finira à la poubelle, faute de bac de collecte disponible sur place, quand il n'est pas abandonné dans la nature.

La solution : une gourde ou une tasse en matériau isolant, prévues pour conserver la température de vos liquides et les emporter partout sans risquer de les renverser. Bonus : cela vous permet d'éviter de payer à prix fort une petite quantité de boisson. C'est bon pour la planète et pour votre porte-monnaie.

Étape n°3 : arrêtez les couverts jetables

Si vous avez un petit creux, vous penserez peut-être à prendre un repas à emporter. Souvent servis sous emballage plastique ou dans des barquettes alimentaires, ils sont accompagnés de couverts en plastique juste assez solides pour une seule utilisation. Tous les ans, chacun d'entre nous achète en moyenne cinq contenants de vente à emporter en France, ce qui représente 334 millions de barquettes et emballages de sandwiches/salades.

Difficile de demander un sandwich sans emballage. On peut en revanche prévoir, pendant ses déplacements, ou sur son lieu de travail, un petit set de couverts.

Résultat : en vous munissant d'une gourde et de couverts réutilisables, en refusant les plastiques et l'emballage, vous jetez 185 objets plastique en moins chaque année.

Étape n°4 : bannissez le plastique de votre salle de bain

Dans votre salle de bain, le plastique à usage unique rôde lui aussi. Si les coton-tiges avec un bâtonnet en plastique doivent être interdits d'ici 2021 (la mesure peut encore être retoquée), ils ne sont pas les seuls objets d'hygiène que l'on peut remplacer par des équivalents durables. Brosse à dent et brosse pour les cheveux en bois, rasoirs de sûreté à la place des rasoirs jetables... Les alternatives au plastique ne manquent pas.

Étape n°5 : préférez les contenants en verre, le tissu ou le carton

Plutôt qu'emballer vos restes dans du film alimentaire, adoptez les boîtes dans le réfrigérateur, les tissus autour du pain ou des gâteaux... Et pour les pique-niques, achetez des assiettes en carton, si vous ne pouvez pas investir dans un set de pique-nique lavable, plutôt qu'en plastique et récupérez les éco-cups, ces verres en plastique rigide qui sont distribués lors des festivals et autres événements en plein air. Et pensez à RE-CY-CLER.

Étape n°6 : ne jetez pas vos plastiques s'ils sont encore utilisables

Quand on veut se passer du plastique, la fausse bonne idée est de jeter tous les produits, y compris s'ils sont encore en bon état. Puisqu'ils sont déjà fabriqués et mis sur le marché, autant ne pas gaspiller. Utilisez vos stocks de produits plastique puis recyclez-les ou faites-en un don à des associations, des écoles, des proches... plutôt que les jeter à la poubelle.

Étape n°7 : adaptez les quantités de vos achats

Maintenant que vos habitudes de consommation évoluent, l'étape suivante est de réduire le sur-emballage. Pourquoi acheter des gâteaux en sachets individuels pour le goûter lorsque l'on est une famille nombreuse ? Un certain nombre des plastiques inutiles se trouvent dans les produits alimentaires, qui sont jetés aussitôt le produit avalé.

Étape n°8 : achetez en vrac

La grande distribution commence à le comprendre, puisqu'elle propose de plus en plus souvent une offre de produits vendus au vrac. Pour transporter vos achats, place aux paniers ou aux sacs en tissu. Une habitude que beaucoup d'entre nous ont déjà prise avec la disparition des sacs plastiques dans les supermarchés et hypermarchés et qui a notamment poussé chacun à ressortir les caddies ou les sacs en tissu.

Étape n°9 : pensez à l'occasion

Vide-greniers, recycleries, magasins de seconde main, sites internet... Une partie des achats domestiques concerne des objets que l'on peut facilement trouver d'occasion. Cela demande un peu plus de temps qu'aller en magasin pour déballer ensuite un gaufrier flambant neuf, coincé dans sa boite entre deux morceaux de coffrage en polystyrène, mais cela limite les déchets.

Étape n°10 : adoptez le fait-maison

C'est probablement la partie la plus exigeante : fabriquer soi-même les produits ménagers, préparer intégralement ses repas... Tout cela demande un temps non négligeable et un équipement de base (les produits nécessaires à la confection des cosmétiques, notamment) mais acheter les matières premières plutôt que du "tout fait" permet de réduire considérablement sa consommation de plastique. Et puis, sur la durée, c'est bon pour le portefeuille.

#LePlastiqueNonMerci

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.