Pour la première fois, l'Ademe chiffre le bilan carbone de 45 objets du quotidien. Et c'est beaucoup plus qu'on ne le pense : nos biens d'équipements représentent jusqu'à un quart des émissions de CO2 d'un foyer français.

Les Français pensent avoir 34 appareils électroniques et électriques chez eux, en réalité c'est presque trois fois plus.
Les Français pensent avoir 34 appareils électroniques et électriques chez eux, en réalité c'est presque trois fois plus. © Maxppp / Guillaume Bonnefont

Un jean c'est 20 kilos de CO2 ! Dans une étude inédite, "La Face cachée des équipements à la maison", l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) a chiffré l'empreinte carbone de nos achats de tous les jours (hors alimentation) pendant tout leur cycle de vie. 

Six tonnes de CO2 pour les équipements des foyers français

Entre notre machine à laver, les différents écrans de télé, les ordinateurs, les téléphones portables ou encore nos meubles, l'étude estime qu'un foyer possède, en moyenne 2,5 tonnes de biens d'équipements. Et tous ces objets ont un impact important sur l'environnement : la fabrication de tous ces objets, de l'extraction des matières premières jusqu'au transport, représente 6 tonnes de dioxyde de carbone (ou CO2), soit l'équivalent de 6 allers-retour Paris-New York en avion. 

Pierre Galio, chef du service consommation à l'Ademe, pointe par exemple nos téléviseurs : "Ils pèsent 11 kg de matière mais il faut 350 kg de CO2 pour le produire, il faut des minerais, qu'il faut extraire, il faut des composants électroniques à fabriquer, le transport... In fine, cette somme de processus accumule des gaz à effet de serre."

Les téléphones portables pèsent eux-aussi lourd en CO2. Pour obtenir une tonne de cuivre nécessaire à leur fabrication, il faut extraire 8 000 tonnes de roches. 

Les équipements représentent un quart du bilan carbone annuel des foyers français.
Les équipements représentent un quart du bilan carbone annuel des foyers français. / Ademe

99 appareils électriques et électroniques par foyer

Ces bilans carbone lourds, le consommateur n'en a pas toujours conscience et c'est pour le sensibiliser que l'Ademe publie cette étude. Mais pour acheter moins et mieux, et donc éviter une surconsommation dont on n'a pas toujours conscience, il faut que les industries jouent le jeu. 

"On essaye de sensibiliser les individus et les citoyens" explique Flore Berlingen, de l'association anti-gaspillage "Zero waste", mais elle appelle aussi à cibler les fabricants : "Il faut des mesures contraignantes ou incitatives de la part du gouvernement. Cela peut être, par exemple, une réduction de TVA pour les activités de réparation."

Entre les smartphones obsolètes mais encore en état de marche ou les appareils en double, les Français pensent avoir chez eux 34 appareils d'équipement électriques et électronique.. En réalité, ils en ont presque trois fois plus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.