À Brumadinho -près de Belo Horizonte- sur les lieux d'une catastrophe environnementale et humaine qui a fait 270 morts et disparus, après la rupture du barrage de la mine de la compagnie Vale le 25 janvier 2019. Un an après un drame qui aurait pu être évité, dont la nature et les hommes ne se sont toujours pas relevés.

les engins de chantier s'activent jour et nuit depuis 1 an pour "nettoyer" la zone Parque de Cachoeira
les engins de chantier s'activent jour et nuit depuis 1 an pour "nettoyer" la zone Parque de Cachoeira © Radio France / Giv Anquetil

C'est dans l'Etat du Minais Gérais, les "mines générales", loin des incendies d’Amazonie pour faire pousser du soja et des bœufs. Ici, c’est l’industrie minière et son modèle extractiviste qui commet des catastrophes à répétition.

Rupture du barrage de Brumadinho
Rupture du barrage de Brumadinho © Radio France / Giv Anquetil

Episode 1 : Une catastrophe qui laisse des traces indélébiles 

Déjà en novembre 2015, à 80km de là à Mariana, avait eu lieu « la pire catastrophe écologique du Brésil » avec un même scénario et la même Compagnie : la multinationale Vale, leader mondial du fer, et géant dont l’impunité commence enfin à flancher. Comment survit-on et reconstruit-on ? 

Les victimes attendent toujours que la Compagnie Vale communique massivement ces jours-ci sur sa responsabilité sociale comme entreprise. Mais à côté de ces éléments de langage, un autre message était envoyé aux investisseurs : l’action Vale a retrouvé son prix d’avant la catastrophe… pas sûr que ça fasse rêver Rénata.

Renata la marchande de sandwich de Parque de Cachoeira , et sa fille Rayane,  dans un des faubourgs de Brumadinho les plus touchés par la catastrophe du 25 janvier 2019
Renata la marchande de sandwich de Parque de Cachoeira , et sa fille Rayane, dans un des faubourgs de Brumadinho les plus touchés par la catastrophe du 25 janvier 2019 © Radio France / Giv Anquetil
6 min

Episode 1 : Une catastrophe qui laisse des traces indélébiles

Par Giv Anquetil
Croix, posée en l'hommage d'un voisin, Manuel, qui s'est réfugié dans sa maison et est mort
Croix, posée en l'hommage d'un voisin, Manuel, qui s'est réfugié dans sa maison et est mort © Radio France / Giv Anquetil
Coulée de boue dans le village de Parque de Cachoeira
Coulée de boue dans le village de Parque de Cachoeira © Radio France / Giv Anquetil

Episode 2 : Une catastrophe environnementale, la responsabilité de la compagnie Vale

Comme le dit l’ingénieur Bruno Milanès, depuis 20 ans, la région est le théâtre de catastrophes à répétition avec un barrage qui rompt en moyenne tous les deux ans en libérant des résidus toxiques… Alors, un an après, tandis que les travaux se poursuivent jour et nuit pour effacer les traces au plus vite, la colère des rescapés est toujours vive. 

Atamayu Ferreira, travaille à la mine Vale depuis 25 ans et habite Corrego do Feijão, le village le plus proche du barrage qui a cédé, emportant plus de 12 de ses proches. Il compose des chansons à leur mémoire sous le nom de scène de Pedro Enrique
Atamayu Ferreira, travaille à la mine Vale depuis 25 ans et habite Corrego do Feijão, le village le plus proche du barrage qui a cédé, emportant plus de 12 de ses proches. Il compose des chansons à leur mémoire sous le nom de scène de Pedro Enrique © Radio France / Giv Anquetil
7 min

Episode 2 : Une catastrophe environnementale, la responsabilité de la compagnie Valé

Par Giv Anquetil
Epouse d'Atamayu
Epouse d'Atamayu © Radio France / Giv Anquetil

Episode 3 : Quand les habitants se reconstruisent

12 millions de m³ de résidus miniers toxiques ont empoisonné la zone. Comme c’était la dernière en date d’une longue série de catastrophes la Compagnie brésilienne Vale a dû s'engager à verser six milliards de dollars de compensations et réparations et de désarmer d’ici 2023 neuf autres barrages construits sur le même modèle et présentant les mêmes risques de rupture.

Edilson, président de l'association des riverains en lutte
Edilson, président de l'association des riverains en lutte © Radio France / Giv Anquetil
5 min

Episode 3 : Quand les habitants se reconstruisent

Par Giv Anquetil

Peut-être qu’à Brumadinho Naïda et Adilson, vont-ils être entendus.

Ce mardi, le parquet du Minais Gerais a requis l’inculpation de Vale, de son ancien président, et de 15 autres responsables pour « homicide volontaire » et « crime environnemental ». Ils encourent de 12 à 13 ans de prison.

l'épicerie d'Edilson
l'épicerie d'Edilson © Radio France / Giv Anquetil
La catastrophe a laissé des traces sur tous les habitants, les taux de stress post traumatique et de suicides ont augmenté - un habitant à Brumadinho
La catastrophe a laissé des traces sur tous les habitants, les taux de stress post traumatique et de suicides ont augmenté - un habitant à Brumadinho © Radio France / Giv Anquetil
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.