Lycka, une femelle introduite en Allemagne l’an passé a donné naissance lors du printemps à deux lynx dans les Vosges, a-t-on appris ce vendredi. On ne connaît pas encore leur sexe.

Ils sont si mignons, n'est-ce pas ?
Ils sont si mignons, n'est-ce pas ? © Office français de la biodiversité

L’attente a été longue mais l’espoir ne s’était jamais dissipé. Grâce à la réintroduction d’un lynx femelle l’an passé en Allemagne, deux petits chatons sont nés en France, dans les Vosges, a-t-on appris ce vendredi 6 août. Ce n’était plus arrivé dans ce massif depuis le XVIIe siècle

Lycka avait traversé la frontière en mars 2020 pour s’installer dans les Vosges du Nord. "Début juin, son cantonnement dans une zone restreinte a mis les équipes sur la piste d‘une mise-bas. Sa portée a pu être localisée et vérifiée par les inspecteurs de l’environnement. Deux chatons, âgés d’environ trois semaines et bien portants, ont pu être observés à l’entrée du gîte, la mère se tenant à proximité" explique l’Office français de la biodiversité (OFB).

Un animal utile pour la biodiversité

"Depuis le temps que l’on attend des naissances, c’est super !" se réjouit Jean-Claude Oddille, animateur pour l’association FERUS dans le Grand Est, qui œuvre pour la protection et la sauvegarde des trois prédateurs présents en France. "Je n’ai pas ouvert le champagne mais j’aurais pu le faire, tellement c’est chouette. C’est formidable. Comme une naissance dans une famille." 

Car il y a quelques années, le lynx avait totalement disparu de ce massif. Il y avait bien eu une tentative de réintroduction dans les années 1980, mais toutes les bêtes sont mortes, certaines braconnées. Trois ou quatre mâles sont recensés dans les Vosges, autant dire qu’il y a une certaine impatience de connaître le sexe des deux chatons. 

"Le massif des Vosges est adapté au lynx car il y a une richesse de proies", explique Stéphane Giraud, directeur de l'association Alsace Nature. 

Il reste des secteurs dans ce massif avec une quiétude importante, permettant aux animaux de trouver le calme qu’il leur faut.

Le lynx est un animal très discret, difficile à voir. Un peu comme le loup, il va chasser les bêtes malades, il est très utile pour la biodiversité", ajoute Jean-Claude Oddille.

Lutter contre le braconnage

Peu d’informations ont filtré sur cette naissance. Pas question de donner la zone précise où elle est survenue pour éviter que des curieux tentent de retrouver la famille. La crainte principale reste les braconniers. "La première cause de régression des lynx, ce sont des tirs illégaux de la part de certains qui se permettent de tuer des espèces protégées", avance Stéphane Giraud. "S’il n’y pas de programme de réintroduction côté français, c’est à cause d’une minorité de chasseurs qui refuse. À notre sens l’État a cédé trop facilement". 

De fait, certains éleveurs ne veulent aucun prédateur. Récemment un crâne de lynx a été retrouvé chez un habitant dans la vallée de Munster. Il avait abattu l’animal en 2005. L’homme sera jugé en janvier prochain. Il risque jusqu'à trois ans de prison et 150 000 euros d'amende.

Repeupler le massif

Ces deux naissances donnent de l’horizon. 150 lynx vivent en France, la plupart dans le Jura. "Il y a encore un vrai travail à faire, avec des corridors peu sécurisés", estime le directeur de l’association Alsace Nature."Il faut connecter les Vosges avec le Jura, puis avec les Alpes et que la partie allemande soit connectée entre elle pour que les animaux puissent circuler". Et puissent ainsi repeupler les Vosges. "Cette espèce, si on lui laisse la possibilité de se développer, elle le fera".