Au troisième jour de la COP24 à Katowice, en Pologne, les ONG écologistes s'inquiètent du manque de positionnement de la France en termes d'enjeux écologiques. Elles craignent que l'exécutif, préoccupé par l'actualité des "gilets jaunes", fasse des concessions en matière environnementale.

Le président polonais Andrzej Duda et le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres en conférence à la COP24
Le président polonais Andrzej Duda et le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres en conférence à la COP24 © Maxppp / ANDRZEJ GRYGIEL

Alors que les principaux dirigeants mondiaux boudent la COP24, la France ne fait pas exception. Emmanuel Macron est absent, Édouard Philippe, initialement prévu, a finalement annulé sa visite pour se concentrer sur la fronde des "gilets jaunes" dans l'Hexagone. Derrière, aucune nouvelle annonce pour compenser ce vide. Et ce, alors même que l'enjeu est de sortir un carnet de route pour respecter les accords de Paris, adoptés lors de la COP21.

"On voit aujourd'hui que le gouvernement ne fait aucune annonce dans ce sens"

De quoi alarmer les ONG écologistes, comme Réseau Action Climat, explique sa dirigeante Morgane Créach : "Bien sûr que ça nous inquiète, parce que les solutions existent pour ne pas revenir en arrière, et pour justement concilier transition écologique et réduction des inégalités sociales. C'est une COP qui est importante, pendant laquelle les États doivent dire si oui ou non, ils sont prêts à aller plus loin, et on voit aujourd'hui que le gouvernement ne fait aucune annonce dans ce sens."

Dimanche, le secrétaire général des Nations-Unies Antonio Guterres martelait : "Nous ne faisons pas assez" pour lutter contre le changement climatique, devant des délégations desquelles la majorité des chefs d'État étaient absents. Côté français, seul le ministre de l'Écologie François de Rugy a fait le déplacement. Pas de quoi contenter les militants de Greenpeace France, dont plusieurs activistes ont mené une action de sensibilisation dimanche, sur la Seine, au pied de la Tour Eiffel. 

"Le gouvernement va-t-il entendre cette urgence climatique ?"

Pour Pierre Cannet, responsable climat à WWF France, le gouvernement a manqué une occasion d'apporter une réponse aux enjeux écologiques et sociaux, pourtant fermement liés : "La France aurait eu tout intérêt à se mobiliser au plus haut niveau pour concilier ces deux agendas. Le gouvernement et le Président vont-ils entendre cette urgence climatique, ce cri d'alarme du secrétaire des Nations Unies, vont-ils y répondre avec des mesures concrètes ?"

C'est tout l'objet de cette COP24, et c'est encore possible pour la France à un moment critique de la crise des "gilets jaunes" - Pierre Cannet

Quoi qu'il en soit, l'exécutif a jusqu'au 14 décembre pour contenter les deux camps, sous peine d'accoucher d'une nouvelle fronde... verte, cette fois-ci.

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.