Pour réduire l'utilisation des voitures et favoriser le recours au vélo, la communauté d'agglomération Seine-Eure, en Normandie, expérimente un vélo collectif qui remplace le bus scolaire. Les huit enfants qui embarquent à bord de ce véhicule peu commun participent tous, en pédalant aussi.

Le S'Cool Bus permet d'embarquer huit enfants en plus du chauffeur
Le S'Cool Bus permet d'embarquer huit enfants en plus du chauffeur © AFP / Charly Tribaillaud

Et si on pédalait, plutôt que d'enclencher la première, au moins pour les petits trajets ? En France, la moitié des trajets urbains en voiture font moins de trois kilomètres ; alors même que 58% des trajets entre le domicile et le travail font moins d'un kilomètre. Or le secteur des transports, et notamment la circulation (qui inclut les automobiles mais aussi les bus et les poids lourds) est le plus gros émetteur de gaz à effet de serre en France. A elles seules, les voitures représentent 15% des émissions de gaz à effet de serre.

Neuf places, cinq vitesses et assistance électrique

Face à ce constat, une bande de jeunes normands s'est lancée dans le transport scolaire alternatif, expérimenté dans la Communauté d'agglomération Seine-Eure (CASE), et notamment à Louviers, en Normandie. En lieu et place du traditionnel bus de ramassage, le "S'Cool bus" est une espèce de "vélocipède collectif" inspiré de la rosalie, ces voiturettes à pédales qu'on voit surtout au bord de la mer. Mais au lieu de transporter quatre personnes, il compte neuf sièges : un pour le chauffeur et huit pour les écoliers, qui sont récupérés devant leurs portes. 

Objectif : limiter les déplacements en voiture des parents pour amener les enfants à l'école : pour la moitié d'entre eux, le trajet maison-école fait moins d'un kilomètre. Pour l'heure, trois lignes sont mises en place avec le soutien de la CASE. Pour les équipes de S'Cool Bus, la journée-type commence à 7h30 au garage, avec une inspection générale du matériel. "Le S'Cool bus est un véhicule unique en France : tous les pédaliers sont indépendants, on a cinq vitesses, une marche arrière, une assistance électrique au cas où les enfants sont un peu fatigués, pour soutenir le chauffeur", explique Nicolas, l'un des fondateurs du concept. 

2 min

Reportage en S'Cool Bus à Louviers

Par Sandrine Oudin

Pour assurer la sécurité des enfants, des barres de sécurité sont mises en place sur les côtés, assistées par des filets de sécurité sous les selles. Le cartable, lui, va dans un gros coffre situé sous le volant du conducteur. 

Plus de 7 tonnes de gaz à effet de serre en moins

"Sur une année, les enfants qui empruntent le S'Cool Bus parcourent 4 500 kilomètres. A raison de huit enfants par véhicule, ça fait potentiellement 8 500 voitures en moins aux abords des écoles, et c'est 7,8 tonnes de CO2 économisées pour trois navettes sur une ville par an", ajoute Nicolas. Parmi les parents des élèves qui prennent ce bus d'un nouveau genre, l'une d'elles explique

"Il y a moins de pollution, les enfants sont contents d'aller à l'école, ça les met de bonne humeur, et pour nous ce sont des trajets en voiture en moins". 

Les enfants prennent conscience, avec ce mode de transport, de l'importance de limiter les déplacements en voiture. Pour Amaury, à l'origine du projet, la partie est gagnée : "Quand ils disent que plus tard, _quand ils seront grands, ils feront tout pour l'avenir de la planète, quand ils sont contents de dire à leurs copains de ramasser leurs papiers_, ou quand ils ramassent eux-mêmes des papiers par terre, ça me donne presque les larmes aux yeux de voir ces enfants si touchés par le respect de leur planète". 

Bon pour la santé et pour le climat

Qu'en pensent les associations ? Pour Lorelei Limousin, chargée des transports au sein de l'ONG Réseau Action Climat, "c'est clairement l'une des solutions que d'emmener ses enfants autrement qu'en voiture, à vélo ou à pied. C'est déjà bon pour leur santé, étant donné que les enfants sont beaucoup plus touchés par des questions de surpoids ou de sédentarité, et c'est aussi bon pour le climat, car la voiture est responsable à elle seule de 15% des émissions de gaz à effet de serre de la France. Il faut agir à tous les niveaux, notamment sur les déplacements courts du quotidien qui sont faits dans trois quarts des cas en voiture aujourd'hui, pour aller vers des modes de transport moins polluants et plus écologiques". 

"Il y a 50% aujourd'hui des trajets faits en voiture en ville qui font moins de 3km. C'est une distance qui pourrait être faite autrement".

Si elle salue cette initiative, Lorelei Limousin note aussi que le côté expérimental de cette initiative "montre bien que sur les déplacements courts, tous les efforts ne sont pas faits aujourd'hui pour changer de moyens de transports et aller vers des transports meilleurs pour la santé et pour le climat", regrette-t-elle. 

D'autres initiatives ? Quarante actions locales partout en France pour #Agirpourmaplanète

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" : 

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.