On connaît Fred Vargas pour ses polars, notamment les aventures du commissaire Adamsberg. Aujourd'hui, elle a décidé de sortir un livre d'un autre genre, un cri d'alerte sur l'état de la planète et les périls qui menacent l'humanité. Elle s'en explique au micro de Denis Cheissoux.

Fred Vargas accuse…
Fred Vargas accuse… © Getty / PeopleImages

Fred Vargas avait déjà écrit un court texte, il y a une dizaine d'années, sur la "Troisième Révolution". Et puis ce texte est devenu viral : "des extraits étaient imprimés sur des tee-shirts en Chine, au Brésil, et avaient même donné lieu à des pièces de théâtre" écrit-elle. Tellement viral qu'il a été lu lors de l'inauguration de la COP24… Et puis la COP24 a été l'échec que l'on sait. L'écrivain s'est alors lancée dans des recherches approfondies sur l'avenir de la Terre et du monde vivant… 

Ça a été ma profession, la recherche, pendant 20 ans. Dont 15 ans au CNRS. Donc savoir chercher… ça va !

La COP24, élément déclencheur à l'origine du livre

Fred Vargas explique au micro de Denis Cheissoux :

"Ce qui m'a déterminée [à écrire ce livre et faire ces recherches], c'est la catastrophe de la COP24 ! Longtemps, les gens se sont dit "on leur fait confiance, ils vont bien trouver quelque chose" et à la COP24, le GIEC a dit qu'il fallait revenir sur les accords de Paris et ne surtout pas dépasser +1,5 °C de température. 

Ce que les gens ne savent pas, c'est que +1,5°C (qui leur paraît rien du tout, sauf un meilleur été en Bretagne…), c'est une moyenne mondiale. +1.5°C, cela représente +3.7°C en plus sur les continents

L'année dernière, alors qu'on n'est que à + 1,1°C, on a perdu en France, pays tempéré (encore), 12% à 20% des récoltes selon les plantes ! Imaginez ce que cela va être à 1,5°C ! Si on atteint 2°C (on est partis pour, vu que rien n'arrive à les faire sortir de ce système névrotique dont ils ne peuvent pas imaginer un autre modèle), c'est la moitié du globe qui sera impactée et les trois quarts de l'humanité en péril vital." 

C'est un comportement criminel alors qu'ils sont responsables de nos vies.

Elle ajoute : "Ce système obsolète et mortifère nous a menés dans cet abîme qui menace l'humanité d'extinction d'ici 80 ans. Ce n'est quand même pas rien comme sujet ! On voit bien que ce sont les lobbies qui décident de tout et les gouvernements obéissent".

Fred Vargas dénonce les infox

Fred Vargas estime que "les gens sont totalement désinformés", qu'"on nous a laissés dans une ignorance coupable, criminelle". Même si aujourd'hui, ils savent les généralités, que la Terre se réchauffe ("maintenant ils y croient"), ils manquent selon elle un accès à une information globale sur ce qu'il se passe. Dans son livre, elle fait la chasse aux fakenews (ou "infox")… Quelques exemples cités à l'antenne :

  • Le dioxyde de carbone est responsable du trou dans la couche d'ozone… Infox : il n'est pas le seul

"Dans le détail et dans la masse totale des informations connectées, non, les gens ne sont pas informés. J'ai fait les sites ministériels : plus insipides et plus insignifiants… Il n'y a même pas le pouvoir réchauffant des gaz. Les gens connaissent le CO2 mais pas le protoxyde d'azote, le méthane, les terribles gaz fluorés (utilisés entre autres pour fabriquer nos écrans plats ou dans la chaîne du froid. Ils réchauffent 26 000 fois plus [que le CO2], pour certains, et ont une durée de séjour dans l'atmosphère extrêmement longue)."

  • Les voitures électriques sont moins polluantes ? Infox

"On nous fait croire que la voiture électrique va nous sauver : c'est absolument faux, les voitures électriques sont plus polluantes jusqu'à 80 000, 100 000 kilomètres. Leur fabrication est terriblement polluante, plus celle de la batterie au lithium, qui va s'épuiser. Comme il faut changer la batterie tous les dix ans, tout ça est une infox pour nous faire croire qu'on va rouler propre. 

  • Le trou de la couche d'ozone se rebouche ? Infox

"Le trou dans la couche d'ozone commence à se reboucher mais il se ré-ouvre parce qu'il semblerait que la Chine fabrique et exporte illicitement le gaz qu'il y avait dans les aérosols et qui avait été totalement supprimé (le CFC à l'époque). Mais il n'y a pas que lui qui attaque la couche d'ozone : le protoxyde d'azote et le méthane qui sont des ennemis numéro 1 de la couche d'ozone (qui nous protège des rayons du soleil)".

  • La forêt amazonienne absorbe le CO2 mondial ? Infox : plus aujourd'hui

"Le rôle de régulateur du climat de l'Amazonie est mondial. A présent qu'elle approche, à 1% de son seuil de non-retour, elle va être dans l'incapacité de continuer à jouer son rôle. Des chercheurs ont dit que l'Amazonie, à présent, émettait plus de CO2 qu'elle n'en absorbait alors que les grandes forêts primaires du monde (l'Amazonie, la forêt du Congo, les forêts malaisienne et indonésienne) absorbent 30% du CO2, beaucoup plus que celles de feuillus comme on a en Europe".

  • L'agriculture bio est moins rentable que l'agriculture intensive

"Je vais juste finir sur cette saleté de lobbie agroalimentaire, qu'il faudrait détruire dès demain 8h, ou la semaine prochaine si vous voulez. C'est la première source de pollution des eaux alors que l'agriculture biologique a des rendements égaux ou supérieurs (en déposant pour chaque plante la quantité d'eau exacte dont elle a besoin, la quantité d'engrais naturels exacts dont elle a besoin, etc.)"

Aller plus loin

📖 LIRE | L'humanité en péril, le nouveau livre de Fred Vargas. Un ouvrage d'une cinquantaine de pages, qu'elle a voulu accessible à tous, pour donner accès à l'information que les gouvernants auraient choisi de passer sous silence, sur l'ensemble des impasses de notre mode de vie : disparition des espèces, augmentation de la température, épuisement des ressources minières. Feuilletez les premières pages sur le site de l'éditeur, Flammarion.

🎧 ECOUTER | Fred Vargas au micro de Denis Cheissoux

🎧 ECOUTER | Fred Vargas au micro d'Augustin Trapenard

► VIDEO | Le texte écrit par Fred Vargas il y a dix ans, et lu par Charlotte Gainsbourg à l'occasion de la COP24 : "Nous y voilà, nous y sommes".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.