Les producteurs de colza français lancent un carburant 100% végétal à l'huile de graine de colza pour alimenter camions et bus. Mais Greenpeace émet des doutes sur son intérêt environnemental.

Le carburant au colza, l'avenir du transport ?
Le carburant au colza, l'avenir du transport ? © Getty / Jean-Philippe Tournut

Il s'appelle Oléo 100. Et c'est un biocarburant d'une nouvelle génération.

Il est composé d'huile de la graine de colza et est compatible avec les moteurs des camions et des bus une fois un réglage effectué sur les véhicules. Le groupe Avril, formé des plus gros producteurs français de colza, compte alimenter 15 000 camions ou bus en 2022 avec Oléo 100.

Aujourd'hui, des véhicules roulent déjà au colza mais le carburant actuel est un mélange colza/gazole. Oléo 100, lui, permet de se passer entièrement de carburant pétrolier.

Christelle Guizouarn, directrice des énergies nouvelles du groupe Avril à l'origine d'Oléo 100 :

C'est 100% renouvelable. L'utilisation d'Oléo 100 réduit de plus de 60% les émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole 

Colza contre huile de palme

Total a récemment été autorisé à importer de l'huile de palme de Malaisie pour fabriquer du biocarburant. Les producteurs de colza réagissent donc à cet accord en créant leur propre carburant bio. 

Le groupe Avril insiste également sur le fait que les productions sont 100% françaises. Selon le groupe, le colza est en surproduction en France. Ce sont donc les surplus qui seront utilisés.

Une fausse bonne idée selon Greenpeace 

Les biocarburants utilisent des terres qui pourraient servir à l'alimentation

Pour Clément Sénéchal, chargé de campagne chez Greenpeace France, une telle promesse pose problème : 

- ce carburant n'est pas écologique car il va émettre plus de carbone que les carburants fossiles car il faut prendre en compte les émissions indirectes liées au changement d'affectation des sols. Les prairies stockent du carbone mais quand elles sont plantées avec du colza elles stockent moins de carbone.

- Le colza prend la place d'autres cultures comme les légumineuses nécessaires à l'alimentation humaine. 

C'est un remède pire que le mal devant être arrêté aujourd'hui

Une nouvelle directive européenne prévoit un arrêt des subventions pour les agrocarburants de première génération qui ont un impact négatif sur le climat. La Commission doit revenir sur ce sujet en février pour dresser la liste de ces agrocarburants qui seront exclus des aides européennes. Le colza pourrait en faire partie

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.