Le duo de youtubeurs Professeur Feuillage lance une série web en pleine COP24 qui sonne comme un mea culpa de la planète numérique. Greenweb permet de mesurer l'ampleur des dégâts écologiques provoqués par le web et propose quelques bonnes pratiques à tout un chacun.

Lénie Cherino et Mathieu Duméry, le duo de Professeur Feuillage, dans Greenweb
Lénie Cherino et Mathieu Duméry, le duo de Professeur Feuillage, dans Greenweb © Capture d'écran

Chaque minute qui passe voit se déposer dans les data centers du monde entier jusqu'à 400 heures de vidéo. Ce chiffre ne peut pas laisser insensible la communauté des youtubeurs, dont l'activité consiste justement à poster des vidéos fréquemment sur la plateforme détenue par Google. 

Greenweb sera mise en ligne sur Youtube chaque mardi et jeudi. Quatre épisodes de 10 minutes environ, avec Lenie Cherino et Mathieu Duméry, alias Professeur Feuillage. Le duo est devenu une référence en matière d'environnement parmi les youtubeurs. 

Si Mathieu préfère parler biodiversité, il s'est laissé convaincre de raconter la face "crado" du web. Les smartphones n'ont pas de pots d'échappement mais toute la chaîne des données qu'ils transportent est faite d'activités polluantes et consommatrices d'énergie.  

Le web, une industrie polluante

En 2020, les data centers contiendront 44 000 milliards de gigaoctets de données. Cette obésité soit-disant immatérielle a des conséquences néfastes sur notre environnement

Au Ghana, l'espérance de vie des jeunes qui travaillent sur la plus grande décharge de déchets numériques du monde est de 25 ans. Chaque année, cette décharge reçoit 40 millions de tonnes de déchets numériques. 

Le monde numérique est donc tout aussi responsable que n'importe quelle autre industrie polluante de la détérioration des conditions de vie sur Terre.  

Lenie et Mathieu ont donc décidé d'expliquer aux internautes le problème environnemental que pose l'Internet ainsi que les solutions possibles. 

Lennie et Mathieu sont engagés depuis longtemps dans un changement de leur comportements, tant sur l'alimentation ou sur les moyens de transport. Ils s'étaient même fait les porte-paroles du moteur de recherche Ecosia, qui replante en Tanzanie des arbres à hauteur du nombre de recherches effectuées par les internautes. Ils ont embarqué une dizaine de youtubeurs avec eux, et vérifié ensemble qu'Ecosia faisait planter des arbres (43 millions à ce jour). Ils sont ensuite coupés, à la place d'arbres centenaires plus précieux. 

Professeur Feuillage incite donc, dans Greenweb, les internautes à quelques gestes éthiques. 

  • Garder son smartphone le plus longtemps possible
  • Utiliser un Fairphone qui se répare facilement (smartphone réparable, débarrassé des services de Google)
  • Utiliser des moteurs de recherche éthique comme Qwant, Ecosia, DuckDuckGo et Lilo
  • Éteindre sa box la nuit (les boxes consomment 1% de l'électricité en France)
  • Se passer de la HD lors des streaming vidéo quand c'est possible
  • Passer moins de temps devant les écrans

Greenweb est une coproduction France Télévision/IRL et Imagine 2050. Très bien renseigné, la série gagne en crédibilité en invitant des experts et en mettant les internautes et les acteurs du web face à leurs responsabilités. 

Professeur Feuillage : "C'est comme s'il fallait soigner plusieurs maladies graves en même temps"

Greenweb est à la fois une suite logique de l'opération Ecosia de Professeur Feuillage et une extension de la campagne qui se déroule actuellement sur les réseaux sociaux #onestprêt.

80 influenceurs, dont Professeur Feuillage, lancent des défis aux internautes pour participer au grand sauvetage de la planète. 

Chaque semaine, jusqu'au 15 décembre, un ou une youtubeur.se lance un défi aux internautes. Exemple : Florence Porcel demande aux internautes de prévoir leurs prochaines vacances en se passant de l'avion. Un autre propose de supprimer tous les contenants en plastique jetables. Lénie de @prfeuillage annonce qu'elle trie ses habits inutilisés pour qu'ils soient recyclés ou ré-utilisés et invite à faire de-même.

La plupart des défis sont des gestes que les gens font déjà même s'ils ne sont pas entrés dans les habitudes. 

Likes, vues et partages sont au rendez-vous, ce qui est assez prévisible quand ce sont des personnalités comme le handballeur Nikola Karabatic qui s'impliquent. La campagne se base sur l'idée qu'il faut que 3,5 % de la population soit 2,5 millions de personnes en France fassent quelque chose pour changer la tendance. 

"On essaie de planter des graines", explique Mathieu Duméry. "Tous les problèmes ne seront pas résolus en 4 vidéos et quelques injonctions. Il faut comprendre que c'est comme si nous étions malades de plusieurs maladies graves en même temps. Il faudra du temps pour se soigner. Je ne suis pas le Christ du climat, pas plus que Norman ou d'autres, mais il faut que chacune s'implique à sa manière et réduise son empreinte carbone". 

Pour l'instant, la page Facebook de #onestprêt est à 164 000 abonnés, et sur Twitter, 14 000. L'organisatrice de cette opération Magali Payen estime à 35 millions le nombre de vues pour les posts et vidéos. L'objectif, c'est que les marques d'intérêt virtuels deviennent des changements de comportements bien réels.

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

LIRE AUSSI

44 initiatives locales partout en France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.